Deuxième session ordinaire de l’année pastorale 2023-2024 : les évêques du Sénégal appellent à renforcer la cohésion et la paix sociale

0
224

Comme à l’accoutumée, les évêques du Sénégal ont fait l’économie de la 136ème édition du Pèlerinage Marial de Poponguine. A cet effet, ils ont encouragé le gouvernement à renforcer la cohésion et la paix, non sans exhorter tous les citoyens au respect de la loi et des règlements qui régissent le vivre ensemble.

Dans une déclaration clôturant la deuxième session ordinaire de l’année 2023-2024, tenue du 20 au 24 mai 2024, au foyer de charité du Cap des Biches, les évêques du Sénégal ont comme à l’accoutumée, au lendemain du Pèlerinage Marial de Poponguine apprécier le déroulement d’une part et examiner certaines questions relatives à la vie de l’Eglise et du pays d’autre part. « Après les moments de turbulence qui ont perturbé la vie de nos concitoyens, depuis mars 2021, l’heure est sans nul doute venue de nous réconcilier et d’envisager plus sereinement l’avenir de notre Nation, dans le respect des diversités », ont exhorté les évêques du Sénégal dans un communiqué.

Faisant l’économie de la 136ème édition, les évêques du Sénégal remercient le président Bassirou Diomaye Faye pour sa sollicitude et son soutien apporté à l’édition 2024 du Pèlerinage Marial de Poponguine. Dans le même sillage, ils rendent un hommage mérité à son prédécesseur, le président Macky Sall, pour le programme spécial présidentiel de modernisation des sites et cités religieuses qui a vu la réalisation en cours tant du nouveau sanctuaire Marial de Poponguine que des sanctuaires diocésains.

Pour le présent et l’avenir de notre Nation, les évêques appellent tous à privilégier « l’intérêt général, la promotion de la justice, la vérité, la paix et l’équité sociale, dans les propos comme dans les actes ». Tout en renouvelant leurs félicitations à l’ensemble du peuple sénégalais, dont la maturité a permis, le 24 mars 2024, la tenue « d’une élection présidentielle calme, paisible et transparente », les évêques saluent « la responsabilité » de l’administration territoriale pour « la bonne organisation » du scrutin. Fort de ce scrutin démocratique, ils félicitent tous les acteurs politiques et autres candidats en lice pour avoir accepté, malgré les contestations préélectorales, « le verdict des urnes ».

Appel au respect des lois et règlements

Au registre du bon vivre ensemble, ils exhortent tous les citoyens « au respect des lois et règlements qui régissent notre vivre ensemble ». Très sensibles à la question de la cherté de la vie, les évêques invitent le gouvernement du Sénégal à « faire de son mieux pour alléger ce lourd fardeau qui pèse sur beaucoup de familles ». De manière plus spécifique, les évêques expriment particulièrement leurs préoccupations quant à la situation actuelle des jeunes dans le présent et à venir. Sur ce, ils disent « observer avec compassion » que plusieurs d’entre eux vivent « des situations dramatiques liées au manque d’emploi et au chômage ». Certains, en proie au « désespoir ou à la pression sociale, voire familiale, tentent de rejoindre d’autres horizons, en quête d’un meilleur avenir, parfois au péril même de leurs vies dans les océans ou dans les déserts », se désolent les évêques.

Tout en reconnaissant la volonté des pouvoirs publics « de redonner l’espoir », ils exhortent les autorités étatiques à « inscrire en priorité dans leurs programmes, la question de la Jeunesse, de manière à proposer des stratégies pertinentes et des solutions structurelles à cette question lancinante et dramatique ».

Campagnes annuelles de reboisement

Les évêques appellent également les jeunes à « s’organiser et à mettre à profit la saison des pluies pour des campagnes annuelles de reboisement ». Enfin, les évêques ont prié pour « un bon hivernage, avec des pluies bienfaisantes et de bonnes récoltes ». Sous ce rapport, ils ont également exhorté « au travail de la terre », non sans éviter les autorités étatiques « à une bonne préparation de la campagne agricole, en vue d’une réelle souveraineté alimentaire ».

JEAN PIERRE MALOU

 

Leave a reply