Égalité femmes-hommes : le festival «Jotaay Ji» aux avant-postes

0
250

Le festival féministe «Jotaay Ji» a été lancé hier, vendredi 19 août, au Musée de la femme Henriette Bathily de la Place du Souvenir africain de Dakar. Organisé par le collectif Jama, Jotaay Ji rassemble jusqu’au dimanche prochain, plusieurs acteurs de différents milieux, dans le but de remettre la question de l’égalité entre les femmes et les hommes au cœur des préoccupations sociales. 

Les féministes ne démordent pas. Le festival féministe dénommé Jotaay Ji a été lancé hier, vendredi 19 août, au Musée de la femme Henriette Bathily de la Place du souvenir africain de Dakar. L’événement tient jusqu’au dimanche 21 août 2022. Organisé par le collectif Jama, Jotaay Ji réunit plusieurs acteurs de différents milieux, dans le but de remettre la question de l’égalité entre les femmes et les hommes au cœur des préoccupations sociales. «Il s’agit d’un festival où des chercheurs, artistes, activistes, jeunes sont invités pour échanger autour des questions ayant trait au féminisme», a fait savoir Coumba Touré, coordinatrice du mouvement African Raising for Justice, Peace and Dignity.

«Le mouvement féministe a des racines au Sénégal. Mais comme toute idéologie, il connaît des résistances, alors que les activistes s’organisent pour s’adapter aux aléas du temps», a précisé la féministe. «On court beaucoup de risques quand on est féministe au Sénégal, on est discrédité et mis au banc, du simple fait que nos idées ne correspondent pas à la doxa dominante», a déploré Mme Touré. «Quand une femme ose revendiquer sa liberté, quand elle manifeste sa volonté d’occuper des postes de décisions contrôlés la plupart du temps par les hommes, souvent, elle paie un prix social fort. Mais, le supplice peut aller plus loin que ça.

Les femmes meurent tous les jours au Sénégal pour simplement avoir refusé quelque chose», a regretté la membre du conseil d’administration de Trust Africa. Non sans préciser : «le féminisme ne prône pas une démarche conflictuelle entre les hommes et les femmes, mais travaille juste pour l’égalité et l’équilibre social entre les hommes et les femmes», a-t-elle soutenu. Comédienne et panafricaniste de son état, Mariéme Faye a rappelé que la société traditionnelle sénégalaise et africaine en général, était calquée sur le modèle du matriarcat, avant l’introduction des systèmes de pensée d’origine étrangère.

«Le féminisme est une lutte contre l’oppression. Le Sénégal a toujours été matriarcale avant la colonisation. L’Afrique était organisée de telle sorte que les femmes jouissaient de tous leurs droits dans la société. Elles occupaient des postes de haute responsabilité en matière de politique. Bref, elles contribuaient dans tous les domaines d’activité. L’avènement de la colonisation a déstabilisé l’Afrique, parce que les premières personnes qui se sont opposées aux colons étaient des femmes. Ainsi, pour barrer la route à la gent féminine, qui était la cheville ouvrière de la résistance africaine, les colons ont dû écarter les femmes des centres de décisions qui régissaient les règles de la société», a rappelé la comédienne.

«L’arrivée des religions en Afrique a aussi participé au phénomène de la discrimination à l’égard des femmes dans une certaine mesure, en ce sens que ce sont les hommes qui interprètent les textes sacrés suivant leurs propres intérêts. Nous, voilà donc basculés dans une société patriarcale, qui privilégie les hommes, et que ces derniers continuent à bien entretenir ce système à leur guise», a-t-elle renchéri dans la foulée.

Pape Moussa CAMARA

(Stagiaire)

Leave a reply