Emile Badiane, Aline Sitoë et autres Assane Seck, les ‘’immortels’’ de la Casamance

0
1153

(APS) – De Kolda à Bignona, en passant par Sédhiou et Ziguinchor, la mémoire de la Casamance, région la plus multiculturelle du Sénégal, se trouve immortalisée par des infrastructures qui portent le nom de figures modernes et traditionnelles de cette partie méridionale du pays.

L’option politique consistant à perpétuer dans la conscience nationale le souvenir de figures méritantes du pays, trouve un écho particulier dans une région où beaucoup d’infrastructures publiques portent le nom de figures locales. Une manière de donner aux jeunes générations l’opportunité de s’inspirer du parcours et de l’action d’illustres personnalités, qu’elles soient en vie ou non.

Le nouvel hôpital de Sédhiou, pour commencer, porte le nom du professeur Amadou Tidiane Ba, un ancien ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ayant aussi déjà servi comme recteur de l’Université Assane-Seck de Ziguinchor.

Il faut surtout rappeler que Amadou Tidiane Ba, rappelé à Dieu en 2017, fut maire de Sédhiou de 2009 à 2014.

La capitale du Pakao garde également la mémoire d’une ancienne figure politique locale créditée d’une grande influence de son vivant, Ibrahima dit Ibou Diallo en l’occurrence, dont le nom a été donné à un grand lycée de Sédhiou, la ville où il a vu le jour en 1915.

Surnommé ‘’Le Lion du Pakao’’, Ibou Diallo a été nommé ministre de la Santé et des Affaires sociales, en 1962, après avoir servi comme ministre délégué auprès du président de la République en 1961.

Le professeur Assane Seck, lui aussi natif de la région de Sédhiou, est le parrain de l’Université de Ziguinchor. Cet universitaire accompli, historien de formation, a exercé des fonctions ministérielles sans interruption de 1966 à 1983. Il est décédé le 27 novembre 2012 à Dakar, à l’âge de 93 ans.

Son ancien ami et collègue Emile Badiane a laissé son nom au pont de Ziguinchor. Ce natif de Tendième, dans le département de Bignona, est le premier maire de la commune de Bignona, dans la région de Ziguinchor.

Sous la présidence de Léopold Sédar Senghor (1960-1980), premier chef de l’Etat sénégalais, Emile Badiane a été ministre de l’Enseignement technique et de la Formation des cadres, puis ministre de la Coopération jusqu’à sa mort en décembre 1972.

La légende du football sénégalais et du Casa Sports de Ziguinchor, Jules François Bocandé, n’a pas été oubliée par sa région d’origine. Le stade municipal de Ziguinchor porte le nom de l’ancien attaquant vedette des Lions, décédé le 7 mai 2012.

Il y a aussi Édouard Diatta, ancien ministre des Travaux publics et des Transports (1957), puis de la Santé et de la Population (1958), qui est le parrain de la première école primaire publique d’Oussouye. Il s’est éteint à Dakar le 9 mai 1971. Edouard Diatta est le père de feu Bruno Diatta, figure emblématique et réputé ministre-chef de protocole à la Présidence de la république.

Les résistants à la colonisation ne sont pas en reste dans ce devoir de mémoire, à l’image de Aline Sitoé Diatta (1920- 1944), surnommée ‘’la reine de Kabrousse’’. Cette héroïne de la résistance sénégalaise à la colonisation française est la marraine du lycée d’Oussouye. Le stade régional de Ziguinchor porte également son nom.

Mais le souvenir de sa farouche résistance dépasse le cadre de sa région d’origine, son nom ayant été donné à la cité des étudiantes de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).

Le chef peul Alpha Yaya Molo Baldé a donné son nom au lycée de Kolda, anciennement appelé le Firdu et dont il était la figure libératrice au XIX siècle. Il est le fondateur du royaume du Fouladou.

Djignabo Bassène, enfin, est le parrain du lycée (Djignabo), un des plus grands établissements de Ziguinchor. Cette autre figure locale de la résistance sénégalaise à la colonisation française a trouvé la mort en 1906, alors qu’il affrontait les troupes françaises.

Leave a reply