Global Africa va fêter sa première année d’existence, du 22 au 24 mai

0
621

(APS) – Le programme Global Africa annonce qu’il va fêter du 22 au 24 mai, à l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis, sa première année d’existence.

« Cet anniversaire (…) permettra de faire le bilan » des « différentes activités » déroulées « avec les comités du programme et d’établir la feuille de route des années à venir », souligne-t-il dans un communiqué de presse reçu ce mercredi à l’APS.

La célébration de cet anniversaire sera aussi mise à profit pour lancer « une nouvelle initiative, « Les Rencontres de Global Africa », rendez-vous réguliers de conférences », signale-t-il dans un communiqué transmis à l’APS. Le programme prévoit ainsi la tenue, le 24 mai, de deux conférences ouvertes au public au CEA-MITIC à l’Université Gaston Berger et diffusées sur internet.

La première sera donnée par François Roubaud, économiste à l’IRD, l’Institut de recherche pour le développement, sur l’évaluation des politiques publiques de développement.

La seconde sera introduite par Faisal Garba, sociologue à l’Université de Cape-Town (Afrique du Sud), sur les migrations africaines. « Ces conférences seront des moments d’échanges importants avec la communauté universitaire », souligne le communiqué.

Global Africa est présenté comme « une revue scientifique internationale et pluridisciplinaire, associée à des actions visant au renforcement de la recherche africaine ». Celle-ci « rend compte des enjeux politiques, sociaux, économiques, écologiques, technologiques de l’Afrique et du monde ».

« Plurilingue (français, anglais, arabe et swahili) et diffusée en libre accès, elle est dotée des standards internationaux d’évaluation des articles », indique le communiqué.

L’ambition de Global Africa est d’ »être ouverte, au-delà des sciences sociales, à la science de la durabilité et aux approches pluridisciplinaires ». « Parallèlement à cette publication, souligne le communiqué, des actions de formation sont programmées pour renforcer l’écosystème de la production et de la diffusion de la recherche africaine en sciences humaines et sociales (…) ».

Durant sa première année d’existence, Global Africa a lancé le programme avec le colloque international “African Research Matters”. Organisé à Saint-Louis en mars 2022, celui-ci a rassemblé près de 400 participants.

Durant cette première année, la revue a aussi publié les deux premiers numéros de « A friques, mondes et savoirs de demain » (mars 2022) et “L’Afrique et le monde à l’heure virale » (décembre 2022).

Global Africa s’est également doté d’un site internet (www.globalafricasciences.org) où la revue « peut être consultée en libre accès’’ notamment. S’y ajoute « l’organisation de la première École Jeunes Chercheur-e-s » à Niamey (Niger), en février 2023, sur le thème « Décoloniser les futurs administratifs africains » dont une partie des productions sera publiée dans le cinquième numéro de la revue, ainsi que « la production de formations certifiantes et de cours en ligne ».

Porté par le Laboratoire d’analyse des sociétés et pouvoirs/Afrique-Diasporas (LASPAD) de l’UGB, le Center for Global Studies de l’UIR (université internationale de Rabat, Maroc), l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et le Laboratoire d’études et de recherche sur les dynamiques sociales et le développement local (LASDEL), Global Africa  »associe une dizaine de structures partenaires ».

Il s’agit de l’Université de La Manouba en Tunisie, de l’Université virtuelle du Sénégal, du Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA), de l’African Studies Association of Africa (ASAA), du Réseau des journalistes scientifiques d’Afrique francophone sur le continent africain.

Il y a aussi le laboratoire Les Afriques dans le Monde, l’Institut des Mondes africains (IMAF), l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) et « The Conversation » en France.

Leave a reply