Grève des syndicats des travailleurs du secteur primaire : le mot d’ordre largement suivi

0
602

Des agents des ministères des Pêches et de l’Économie maritime, ainsi que de l’Agriculture et de l’Équipement rural, de l’Élevage et des Productions animales observent une grève de 48 heures, depuis jeudi, suite au non-respect  du protocole d’accord signé avec le gouvernement du Sénégal au mois décembre 2022. Le mot d’ordre de  grève a été largement suivi sur l’étendue du territoire national.

Des agents des ministères des Pêches et de l’Économie maritime, ainsi que de l’Agriculture et de l’Équipement rural, de l’Élevage et des Productions animales observent une grève de 48 heures, depuis jeudi. Le mot d’ordre de grève a été largement  suivi. L’intersyndicale a décidé d’aller en grève pendant 48 heures  suite au non-respect  du protocole d’accord signé avec le gouvernement du Sénégal au mois décembre 2022. Ce protocole d’accord s’articule autour de deux points : la restitution de  leurs  indemnités qui ont été supprimées à hauteur de 60% et la mise sur pied des fonds communs du secteur primaire dans un délai de six mois. . Au niveau des Directions régionales de développement de l’agriculture (DRRR) de plusieurs localités du pays,  la grève est suivie à 100%. Les bureaux des statistiques, les bureaux des semences et les bureaux  DPV [Direction de la protection des végétaux] sont tous fermés. Pour rappel,  l’In­tersyndicale du secteur primaire avait obtenu un  accord  avec le gouvernement après trois mois de grève en 2022. Durant cette période, les agents du secteur primaire ont procédé à la rétention des informations administratives, au boycott des examens et concours des centres de formation technique, à l’arrêt systématique des traitements phytosanitaires par les services de la Direction de la protection des végétaux (Dpv), à l’arrêt des inspections de produits halieutiques et des inspections des usines, navires et armements. De même, ils avaient suspendu la délivrance des permis d’importation et de certificats phytosanitaires, comme ils avaient procédé à l’arrêt des analyses des produits halieutiques, au boycott de la campagne de vaccination et du seromonitoring, au boycott du contrôle et de l’inscription des viandes au niveau des abattoirs et aires d’abattage entre autres.

NDEYE AMINATA CISSE

Leave a reply