Ismaïla Madior Fall, garde des sceaux, ministre de la justice : « Personne ne contrôle la justice et même l’Etat ne l’a contrôle pas »

0
841

L’Etat n’a aucune emprise sur la justice. L’avis est du garde des sceaux, ministre de la justice, Ismaïla Madior Fall.  Il l’a dit hier, jeudi 1er décembre, lors du vote du budget de son département à l’Assemblée Nationale.

« La justice est imprévisible et personne ne l’a contrôle. Evidemment il y’a un échelon de la justice que l’Etat contrôle plus ou moins c’est le déclenchement des poursuites parce que le procureur agit sur ordre du garde des Sceaux, mais  quand il enclenche une procédure le garde des Sceaux ne peut pas l’arrêter », a dit Ismaïla Madior Fall.  Par ailleurs ajoute-t-il, « tout le reste le reste de la chaine de la justice, l’Etat ne la contrôle pas ».  Le garde des sceaux trouve en outre que,  « le parquet et les procureurs n’ont pas le pouvoir qu’on leur donne. »   Selon toujours le ministre, « la justice sénégalaise sert de miroir à plusieurs Etats africains qui viennent s’inspirer de son modèle ». La justice sénégalaise a des ressources humaines de qualité ajoute-t-il. Ismaïla Madior Fall est revenu aussi sur la volonté du président Macky Sall de gracier certains condamnés politiques. Pour lui, « c’est une décision personnelle du chef de l’Exécutif que le concerné tient à réaliser et la meilleure voie est une amnistie ». Le garde des sceaux, très critiqué hier par les députés de l’opposition, a relativisé sur les attaques portées contre sa personne. « Si je voulais continuer à faire l’unanimité je reste à l’université. Je fais mes cours et je rentre chez moi. Si je m’engage en politique j’assume mes positions et je suis prêt à accepter les critiques ». Quand on s’attaque à votre personne en vous traitant de nervis constitutionnel, ce n’est poli, mais ce n’est pas grave.  Ça aussi ce n’est pas grave », a-t-il soutenu. Devant les parlementaires,  le ministre de la justice a annoncé que le fond de réparation logés à la Cour Suprême es fonctionnel est que deux personnes ayant fait l’objet de relaxe ou d’un non-lieu ont récemment bénéficié respectivement de à 4 millions et 3, 5 millions en guise de dédommagement.  Longuement interpellé sur la troisième candidature du président Macky Sall à la magistrature suprême, Ismaïla Madior Fall n’a pas évoqué la question à la plénière mais, a dit pendant les travaux de commission,  « avoir donné son avis en tant que professeur de droit sur la question tout en relevant que cet avis n’est point revêtu de la chose jugée. Par conséquent, à la juridiction compétente de dire le droit et à la doctrine d’émettre un avis scientifique ».

F. NDIAYE

 

 

Leave a reply