La Cédéao maintient ses sanctions contre le Mali, le Burkina et la Guinée

0
989

(APA)- Ces trois pays de l’Afrique de l’Ouest sont dirigés par des militaires dirigés issus de coups d’État.

La Conférence des chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) maintient « les sanctions existantes » contre le Burkina Faso, le Mali et la Guinée. Ces mesures ont été confirmées le 18 février 2023 lors de la 36e session ordinaire de l’Assemblée de l’Union africaine à Addis Abeba

L’instance dirigeante de l’Organisation régionale, a décidé de « maintenir les sanctions existantes à l’encontre des trois pays et d’imposer une interdiction de voyager aux membres du gouvernement et autres hauts fonctionnaires des trois pays », lit-on dans le communiqué.

Une décision qui sonne une réponse au mini-sommet tenu le 9 février à Ouagadougou par les ministres des Affaires étrangères du Mali, de la Guinée et du Burkina Faso. Pour les chefs de la diplomatie de ces trois pays, ces sanctions « ne tiennent pas compte des causes profondes et complexes des changements politiques », estimant que « ces décisions de suspension empêchent la participation de leurs pays aux instances statutaires de la Cédéao et de l’Union Africaine et particulièrement celles traitant des défis majeurs auxquels ils sont les plus concernés tels l’insécurité, les questions humanitaires et de développement économique durable ».

Dans leur communiqué, ils indiquent aussi que ces décisions privent la « Cédéao et l’Union africaine de la contribution des trois pays nécessaires pour relever les défis majeurs » et « portent atteinte à la solidarité sous régionale et africaine qui constitue le principe cardinal de l’intégration de la coopération régionale et continentale ». Des arguments n’ont pas attendri la Cédéao qui, en plus de rester sur sa position, « invite à l’Union africaine et tous les partenaires internationaux à appuyer  la mise en œuvre » de ses décisions concernant ces trois pays.

Au Mali, des colonels ont renversé, en août 2020, Ibrahim Boubacar Keita dit IBK, alors fragilisé par une série de manifestations du Mouvement du 5 Juin – Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP). Ces mêmes militaires ont « rectifié » la transition issue de ce putsch neuf mois plus tard avant d’installer l’un des leurs, le colonel Assimi Goïta au pouvoir.

A la tête du Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), le colonel Mamadi Doumbouya, ancien chef du Groupement des forces spéciales de Guinée, a déposé Alpha Condé le 5 septembre 2021. Neuf mois plus tôt, le président déchu venait d’être réélu pour un troisième mandat controversé.

En janvier 2022, Roch March Christian Kaboré fait les frais de la détérioration de la situation sécuritaire au Burkina Faso. Son tombeur, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba n’a tenu que huit mois plus tard avant d’être à son tour destitué huit mois par ses camarades du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) lors d’un putsch mené par le capitaine Ibrahim Traoré par un officier subalterne.

Leave a reply