La Cour des Comptes sur la gestion du Prodac 2018-2021 : Mamina Daffé et Papa Malick Ndour, en mode festin !

0
578

La Cour des comptes dans son rapport définitif du contrôle de la gestion du Programme des domaines agricoles communautaires (Prodac) 2018-2021 a décelé des dysfonctionnements et manquements à caractère d’incompétence totale, voire de gaspillage de deniers publics par les coordonnateurs, Mamina Daffé et Papa Malick Ndour, dans leur gestion.

Des manquements notoires relevant de l’incompétence, voire de l’amateurisme ont été manifestement constatés dans le rapport de la Cour des comptes qui indique clairement que les objectifs assignés au Prodac n’ont pas été atteints, au regard de l’incomplétude des infrastructures réalisées et de l’échec noté par rapport à sa mission de création d’emploi. Au titre des dépenses, l’analyse de l’exécution des opérations de dépenses a fait ressortir plusieurs dysfonctionnements et manquements, en l’occurrence une mauvaise tenue des comptes, un non-respect des règles relatives à la gestion des comptes de dépôt, la prise en charge de dépenses non éligibles ou le paiement irrégulier d’allocations familiales à certains agents.

Depuis 2018, « aucun bilan ni compte de résultat n’est établi au Prodac », souligne le rapport qui précise qu’il a été présenté à l’équipe de vérification des balances déséquilibrées dont plusieurs comptes renseignés posent un problème de fiabilité.

Il en est ainsi, à titre d’exemples, de la trésorerie avec l’existence d’une dizaine de comptes bancaires dont les soldes ne sont pas connus, faute pour les services financiers de détenir les relevés et d’établir les états de rapprochement. Il en est de même de certaines immobilisations comme les villas du Domaine agricole communautaire (Dac) de Séfa qui ne sont pas comptabilisées. Il s’ensuit une absence de maîtrise de l’information financière qui se traduit par une méconnaissance de la situation patrimoniale de l’entité.

Au plan salarial, l’analyse du livre de paie a montré que des agents du Prodac ont bénéficié d’indemnités payées sur le budget du Projet de développement de l’entrepreneuriat agricole au Sénégal (Pdeas). Il s’agit, entre autres, des Coordonnateurs et du spécialiste en Passation des marchés et approvisionnement (Spma) qui perçoivent, en plus de leur salaire une indemnité mensuelle de 500 000 FCFA et autres indemnités cumulées.

A préciser que pour les services interactifs à savoir le Prodac et Pdeas, auxquels les deux coordonnateurs que sont Mamina Daffé et Papa Malick Ndour participent activement à toutes les activités du projet percevaient respectivement 5 000 000 de salaire mensuel. En clair, le premier nommé, en dehors du salaire, a perçu en indemnité 8 750 000 FCFA en 17 mois et 1/2. Le second pour ne pas le nommer Papa Malick Ndour a perçu le même salaire plus des indemnités de 15 250 000 FCFA en 30 mois et 1/2.

JP MALOU

Leave a reply