Le naufrage d’une femme et d’un bateau

0
299

Boubacar Boris Diop rend hommage à la littérature et à la vie dans « Un tombeau pour Kinne Gaajo « .

PIERREMAURY

En 2018, Boubacar Boris Diop publiait à Dakar Bàmmeelu Kocc Barma, roman écrit en wolof dont il a lui même assuré la traduction en français, publiée ces jours ci:
Un tombeau pour Kinne Gaajo. L’historique des versions a un sens puisque Kinne Gaajo, dont ce livre se veut sa
biographie, écrivait elle même en wolof. Des poèmes, d’autres textes dont certains inachevés, une chronique dans un journal francophone où elle détonait par la langue et la liberté de ton, La Torche…
Puisqu’il y a tombeau, il y a décès. Tragique, et en compagnie d’environ 2.000 autres passagers du Joola qui sombra le 26septembre 2002 au large de la Gambie. Répandue rapidement dans le Sénégal, la nouvelle du naufrage atteint Njéeme Pay, journaliste vedette d’une radio privée, comme tous les habitants du pays. L’amenant à modifier le programme des émission pour la consacrer à la catastrophe, rapidement récupérée plus ou moins finement par les politiciens. Mais c’est le lendemain que le choc arrive vraiment, quand Bàrt, le mari de Njéeme, l’appelle en lui demandant de ne pas sortir avant qu’il arrive. Il a à lui faire une annonce qui démultiplie l’effet du drame : « Kinne Gaajo était dans le bateau…» Kinne, la presque sœur, la plus que sœur puisqu’amie choisie et non imposée par les hasards des liens familiaux, une part de Njéeme disparue d’un coup. « Ce n’est pas du tout la même histoire. Je
n’oublie aucune victime du Joola dans mes prières mais je n’y peux rien: les mots de Bàrt signifient clairement que le bateau vient de couler une deuxième fois. » Pour être très différentes, Kinne et Njéeme n’en étaient pas moins restées proches, jusque dans la manière de garder leurs secrets personnels. Kinne n’était pas seulement écrivaine et hésitait sur son statut: «Moi, Kinne Gaajo, suis jeune pute qui écrit des poèmes ou juste une artiste qui se prostitue?» Les deux aspects sont indissociables, avec un homme à l’intersection, à la fois son « protecteur», son mac si on préfère le dire crûment, et son formateur au wolof, langue que Kinne avait commencé à apprendre lors d’un séjour en  prison. Ces quelques traits biographiques ne suffisent pas à définir l’écrivaine qui risque d’être oubliée si Njéeme ne se décide pas à écrire un livre sur elle après que la famille lui a confié toutes les archives et un ordinateur. De quoi
découvrir elle même quelques pans d’une existence dont elle ne connaissait pas tout, et dont elle décide de révéler
tous les aspects, y compris les moins reluisants. Car la vie de Kinne est celle d’une marginale malgré une reconnaissance littéraire internationale qui l’a fait inviter dans plusieurs pays étrangers. Où elle passait l’essentiel de son temps à lire, écrire et rêvasser dans sa chambre d’hôtel plutôt qu’aller à la rencontre de villes qui lui étaient inconnues.
Personnage paradoxal donc intéressant, Kinne Gaajo ne représenterait pourtant qu’un objet d’étude si Njéeme Pay ne s’impliquait pleinement dans son travail de biographe sans négliger sa propre vie. C’est l’imbrication des trajectoires qui rend si attachant le roman de Boubacar Boris Diop, ainsi que l’attention qu’il porte à la valeur du langage : « Les mots, parfois c’est comme s’il faut aller les chercher dans un volcan en fusion, s’y précipiter pour les en extraire peut vous être fatal. Quand le volcan est en colère, il vaut mieux le longer avec prudence, rester à l’affût du moment opportun… » Parole de Kinne Gaajo.
Les mots, parfois c’est comme s’il faut aller les chercher dans un volcan en fusion Kinne Gaaj.

Leave a reply