Le Parlement européen appelle à une enquête sur l’utilisation des fonds ‘GAR-SI’ au Sénégal

0
602

Dans un article publié ce mardi 9 avril 2024 par le site Al Jazeera, parcouru par Senego, on apprend que le Comité des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures (LIBE) du Parlement européen a demandé à la Commission européenne d’ouvrir une enquête sur la mauvaise gestion des fonds de l’Union européenne au Sénégal.

Cette demande fait suite à une enquête conjointe menée par Al Jazeera et la Fondation porCausa, qui a révélé l’utilisation d’une unité de lutte contre la criminalité transfrontalière financée par l’UE pour réprimer les manifestations pro-démocratie dans le pays ouest-africain. Juan Fernando Lopez Aguilar, président du comité LIBE, a adressé une lettre à Ylva Johansson, commissaire européenne aux affaires intérieures, et à Juta Urpilainen, commissaire aux partenariats internationaux, le 25 mars, leur demandant de « faire tous les efforts nécessaires » pour que ces allégations soient « enquêtées et que la pleine clarté soit faite sur l’utilisation des fonds de l’UE ».

L’enquête publiée en février s’est concentrée sur le Groupe d’Action Rapide de Surveillance et d’Intervention, connu sous le nom de GAR-SI. Il s’agit d’un projet financé à hauteur de 74 millions d’euros par le Fonds d’urgence de l’UE pour l’Afrique (EUTF), mis en œuvre par l’agence espagnole de coopération au développement, FIIAPP, entre 2017 et 2023. L’objectif déclaré du projet était de créer et d’équiper une unité d’intervention spéciale dans la zone frontalière entre le Mali et le Sénégal pour lutter contre les groupes armés, la contrebande, le trafic et d’autres crimes transfrontaliers.

Cependant, l’enquête a trouvé des preuves visuelles, des contrats du gouvernement espagnol, un rapport d’évaluation confidentiel et trois sources proches du projet confirmant que l’unité GAR-SI a été utilisée par le gouvernement de l’ancien président Macky Sall pour réprimer les manifestants au Sénégal lors de manifestations entre 2021 et 2023. Amnesty International estime qu’au moins 60 personnes sont mortes pendant les protestations, sans qu’aucune poursuite n’ait été engagée à ce jour.

La répression a également coïncidé avec une forte augmentation de la migration vers l’Espagne. « La répression a poussé de nombreux jeunes à migrer vers les îles Canaries, la route migratoire la plus dangereuse », a déclaré Aguilar, ajoutant que « l’instabilité et la répression affectent les pics migratoires ». Il a ajouté que, pendant les manifestations, la police sénégalaise a relâché la surveillance des frontières pour se concentrer sur la répression des manifestations.

L’évidence de l’enquête a également été discutée au Parlement espagnol en mars, lorsque la députée Ines Granollers a demandé au gouvernement s’il suspendrait la fourniture de matériel antiémeute autorisée en 2023 au Sénégal et s’il enquêterait sur les allégations de mauvaise utilisation des fonds de l’UE.

Amnesty International a exigé que le gouvernement espagnol ouvre une enquête indépendante sur l’utilisation illégitime du matériel exporté de l’Espagne vers le Sénégal. Le groupe de droits a recommandé que le gouvernement révoque les licences pour l’équipement s’il était découvert qu’il avait été mal utilisé, et de ne pas autoriser de nouveaux transferts jusqu’à ce que les autorités responsables des violations des droits humains au Sénégal soient enquêtées et poursuivies.

L’EUTF a financé des projets de 2015 à 2022 dans 26 pays africains avec pour objectif déclaré « d’adresser les causes profondes de la migration ». Il a été perçu comme une tentative des technocrates de l’UE de limiter le mouvement vers l’Europe à tout prix et a été scruté par des organisations de la société civile, des ONG et des experts pour son absence d’évaluations de l’impact sur les droits humains, de mécanismes de responsabilité et de transparence.

Le Sénégal a élu le mois dernier Bassirou Diomaye Faye comme son nouveau président, qui a mené une campagne promettant une réévaluation des contrats et relations étrangers avec l’UE et d’autres pays, mais n’a pas spécifié si cela incluait les projets de développement et de migration financés par l’UE.

Alors que la période législative à Bruxelles se termine cette semaine et que les élections du Parlement européen sont prévues à partir du 6 juin, toute action sur cette affaire de la part du comité LIBE aura probablement lieu une fois les nouveaux députés élus en juin.

Nos confrères d’Al Jazeera et porCausa ont approché la Commission européenne et le FIIAPP ainsi que les ministères espagnol et sénégalais de l’intérieur et des affaires étrangères pour commentaires mais n’ont pas reçu de réponse avant publication.

Leave a reply