Le premier ministre britannique est-il légitime ?

0
730

Plus de six semaines après l’élection de Liz Truss par 57 % des 172 000 adhérents ayant voté pour elle, le nouveau Premier ministre Rishi Sunak se retrouve aux commandes après avoir recueilli 197 parrainages auprès des 357 députés conservateurs de la Chambre des Communes. Seul candidat à avoir franchi le seuil des 100 parrainages requis par la procédure exceptionnelle mise en place par le parti, Sunak a donc été élu sans passer par le vote des adhérents.

Vu de France, où le chef de l’État tire directement sa légitimité du suffrage universel, on peut s’étonner de l’arrivée au pouvoir de premiers ministres portés par une infime minorité du corps électoral. Au Royaume-Uni, le leader est un premier ministre en puissance mais interchangeable à loisir puisqu’aux élections législatives, il s’agit pour les Britanniques d’élire un parti politique et non un individu. Les candidats qui se présentent tirent leur légitimité de leur statut de député, condition sine qua non de leur ascension politique. Mais si le jeu de chaises musicales auquel se livrent les premiers ministres conservateurs depuis 2016 offre un spectacle sidérant, c’est que leur procédure d’élection du leader pose problème.

La longue évolution du processus de désignation du chef du parti

Jusqu’en 1965, le leader émergeait, selon la formule utilisée en 1963 par l’un des ténors du parti, d’un « cercle magique » de conservateurs influents composant une élite essentiellement issue de l’aristocratie et des prestigieuses « public schools ».

Mais à partir de 1965, l’élection du dirigeant conservateur par les députés a permis l’accession au pouvoir d’une élite issue des classes moyennes : Edward Heath (1970-1974), Margaret Thatcher (1979-1990) puis John Major (1990-1997).

En 1997, la victoire écrasante du New Labour de Tony Blair survient trois ans après une refonte des statuts du Parti travailliste qui devient une source d’inspiration pour les conservateurs, convaincus que leur dirigeant est encore en décalage avec l’électorat.

[Près de 80 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du mondeAbonnez-vous aujourd’hui]

Un an plus tard, dans l’opposition, le nouveau dirigeant tory, William Hague, se lance donc dans une série de réformes prévoyant une nouvelle procédure d’élection de leur chef. Résultat : depuis 1998, les candidats au poste de dirigeant sont donc d’abord élus par les députés avant d’être départagés, en dernière phase, par les adhérents du parti.

La petite révolution de David Cameron

En 2005, David Cameron, député de 39 ans qui avait pris les rênes de la section de jeunesse des Tories, présente sa candidature à la tête du parti, s’engageant à moderniser son image et à « réparer une société brisée ». Mais sa promesse d’une « Big Society » ne convainc pas les députés de la droite thatcherienne et traditionaliste qui soutiennent, au premier tour du scrutin, son rival David Davis.

Cameron finit par emporter l’adhésion des adhérents en promettant de mettre un terme, une fois pour toutes, aux guerres fratricides sur l’enjeu européen qui n’ont cessé d’empoisonner le parti. Le référendum du 23 juin 2016 sera l’antidote qu’il préconise – avec l’issue que l’on sait.

Plus largement, le nouveau dirigeant introduit des dispositifs de démocratie directe qui contrastent audacieusement avec les traditions d’un parti considéré comme le chantre des institutions établies et qui a fait de la souveraineté du parlement de Westminster son obsession.

Cameron, qui deviendra premier ministre en 2010, s’est mis en tête de « redistribuer le pouvoir » de manière radicale vers le peuple en expérimentant brièvement dans certaines circonscriptions des primaires ouvertes pour la sélection des candidats parlementaires et en multipliant la pratique du référendum (sur le mode de scrutin en mai 2011, l’indépendance de l’Écosse en septembre 2014 puis sur le maintien du pays dans l’Union européenne en juin 2016), ouvrant ainsi la porte, dira-t-on, à un populisme dans lequel d’autres, comme Boris Johnson, s’engouffreront.

Cameron n’aura cependant le temps d’aller jusqu’au bout de sa petite révolution participative. En 2015, le Parti travailliste – qui va encore plus loin que son opposant et ouvre l’élection de son chef non plus seulement aux adhérents mais à des sympathisants s’acquittant d’une contribution de 3 livres sterling – produit un dirigeant, Jeremy Corbyn, dont l’appartenance à la gauche radicale du parti effraie les modérés des deux bords. Un an plus tard, le résultat du référendum sur le Brexit achève de désavouer le gouvernement Cameron, et le premier ministre démissionne le 13 juillet 2016.

Un parti écartelé entre ses élus et sa base électorale

Depuis 1998, la procédure d’élection du leader n’est pas toujours allée jusqu’au vote des adhérents.

Seuls Iain Duncan Smith (2001-2003), David Cameron (2005-2016), Boris Johnson (2019-2022) et Liz Truss (6 septembre-20 octobre 2022) sont issus de cette primaire fermée. Les autres (Michael Howard, 2003-2005, Theresa May, 2019-2022 et aujourd’hui Rishi Sunak) n’ont pas eu à affronter le verdict de la base militante, leurs concurrents s’étant retirés de la course pour différentes raisons.

Mais qu’ils soient élus par les seuls députés ou par les adhérents, c’est donc la légitimité des premiers ministres qui est en cause, surtout dans un contexte de crise et de contestation sociale qui place les Travaillistes largement en tête des sondages.

Rishi Sunak se retrouve à la tête d’un parti écartelé entre une base parlementaire qui le soutient et une base militante qui se méfie de lui, entre un électorat qui a soutenu Boris Johnson en décembre 2019 pour ses promesses redistributives et des milieux d’affaires qui espèrent un retour de la croissance et la paix des marchés.

Face à cette crise de confiance spectaculaire, les Tories sont aujourd’hui dans une impasse : d’un côté, le maintien de la procédure de primaire fermée qui délégitime un premier ministre élu par une infime minorité du corps électoral ; de l’autre, le retour au vote des seuls députés et l’émergence d’un leader perçu comme déconnecté de la base du parti. Pour autant, les Tories persistent à considérer ce défi comme une affaire privée : le scénario d’élections législatives anticipées ne leur est pas envisageable. Sauf nouvelle crise interne au parti, Sunak devrait donc rester en poste au moins jusqu’aux prochaines législatives, qui auront lieu au plus tard en décembre 2024.

THE CONVERSATION

 

Leave a reply