Les Etats ouest africains appelés à renforcer les Commissions nationales pour obtenir des statistiques sur la circulation des armes légères.

0
401

Un renforcement des capacités des Commissions nationales permettra d’avoir des statistiques sur la circulation illicite des armes légères et de petits calibres au sein de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao).  L’avis est du chef de la Division armes légères, Ahoba Piex Joseph, qui intervenait hier, mercredi 15 décembre 2021, lors d’une formation des points focaux sur la procédure d’exemption pour transfert des armes légères et de petits calibres, de leurs munitions et autres matériels connexes. 

La Cedeao ne dispose pas de chiffres sur les armes illicites en circulation dans la sous-région ouste africaine, à part les données tirées de l’étude réalisée en 2017 par Small Arms Survey qui évaluait celles-ci à près de 2 millions.  La cause, selon le chef de la Division armes légères de l’organisation, Ahoba Piex Joseph, c’est que les Commissions nationales n’ont pas les moyens nécessaires pour faire leur travail conformément à la Convention sur les armes légères et de petits calibres. 

«La difficulté que nous avons, c’est au niveau des commissions dans les Etats membres. Il faut que les Etats donnent plein pouvoir à ces commissions pour qu’elles puissent faire le travail pour lequel elles ont été créées. Le recensement des armes illégales, celles prises dans les crimes et qui sont entre les mains de la justice», regrette-t-il.

Il considère également, que «la responsabilité première de la mise en œuvre de la Convention incombe aux États membres, à travers les Commissions nationales, et que, par conséquent, toutes les dispositions qui y figurent doivent être considérées comme effectivement respectées».

Intervenant lors d’un atelier de formation sur la procédure d’exemption au profit des point focaux, il a aussi insisté sur la nécessité de mettre en place un certain nombre d’éléments pour arrêter la circulation illicite des armes, comme la mise en place de mécanisme contraignant pour le transfert, étant donné que l’interdiction n’est pas la meilleure réponse. Il a été ainsi décidé que pour qu’un Etat puisse transférer, il doit avoir l’autorisation des 14 autres pays membres de la Cedeao, à travers la Commission. Et l’exemption à cette règle obéit à une réglementation bien définie.

«Un Etat membre peut demander à être exempté des dispositions de l’article 3 à des fins légitimes de défense et de sécurité nationales, de maintien de l’ordre, ou lorsqu’il déploie des troupes pour des opérations de soutien à la paix ou tout autres opérations menées sous l’égide de l’Onu, de l’Ua, de la Cedeao ou d’autres organisations régionales ou sous régionales dont il est membre. Ce sont les seules conditions qui permettront la délivrance d’une exemption pour importer des armes et des munitions dans l’espace Cedeao».

D’ailleurs, révèle Ahoba Piex Joseph, la Commission de la Cedeao est en train «d’automatiser les processus de la procédure d’exemption. L’initiative est née de la vision de la Commission de la Cedeao pour un traitement plus efficace, sécurisé et rapide des demandes de certificat d’exemption émanant de nos États membres». Ce système est, dit-il, indispensable pour la procédure d’exemption car, il «renforcera considérablement la transparence, l’échange d’informations et la coopération en matière de transfert d’armes entre nos États membres».

Fatou NDIAYE

Comments are closed.