Liga : grâce à Morata et Griezmann, l’Atlético enraye la série d’un Real Madrid inoffensif

0
518

Cinq jours après sa désillusion vécue face à la Lazio en Ligue des Champions, l’Atlético de Madrid a redressé la barre en s’imposant face à son rival, le Real Madrid (3-1). Il peut notamment remercier Álvaro Morata et Antoine Griezmann, auteurs de prestations remarquables.

L’Atlético de Madrid aura démarré la semaine à l’envers pour la finir à l’endroit. Tenus en échec mardi en Ligue des Champions face à la Lazio Rome (1-1), après avoir été rejoints dans les ultimes instants par un but insoupçonnable du gardien Ivan Provedel, lequel aura d’ailleurs poussé Diego Simeone à qualifier la prestation de son équipe comme «la pire» depuis le début de son mandat, les Colchoneros ont remis l’église au milieu du village ce dimanche face à leur rival éternel, le Real Madrid (3-1).

À l’image du but prématuré d’Alvaro Morata à la conclusion d’un centre au cordeau de Lino (4e), les Colchoneros auront montré qu’il n’y avait pas de place pour le scepticisme, et ce même lorsque dans l’équipe adverse se présente un Anglais qui semble maîtriser toutes les ficelles depuis le début de saison. Parallèlement, cette rencontre aura aussi permis de tirer certains enseignements du côté du Real Madrid : oui Jude Bellingham est fait d’un métal particulier, mais lorsqu’il est moins en réussite, le Real devra être capable de réveiller d’autres ressources endormies.

Buteur et influent, Griezmann a lancé sa saison

Apathique, amorphe, la défense de la Casa Blanca aura laissé des plumes en première mi-temps. Elle cédait à nouveau sur une tête de Griezmann (18e), d’ailleurs buteur pour la première fois de la saison au Cívitas Metropolitano, et aurait probablement recraqué sur une frappe de Saul si Kepa n’était pas un intérimaire de qualité (19e). Si le vieux briscard Toni Kroos sonnait la révolte d’un délicieux enchaînement pour réduire l’écart (35e), le Real Madrid n’aura jamais véritablement incarné une menace, se montrant bien trop timoré dans le dernier tiers pour espérer quoi que ce soit.

Pour Antoine Griezmann en revanche, cette soirée fut un véritable bol d’air frais. De loin, on pouvait deviner un essoufflement du Français ces dernières semaines, mais il a encore montré ce soir une capacité de rebond incroyable. Irréprochable dans le don de soi, influent dans le jeu, «Grizi» a régalé. Sur le deuxième coup de casque de Morata, c’est lui qui est à l’origine du décalage pour Saul Niguez (46e, 3-1). Avec la configuration d’attaque-défense en fin de match, il aura également ratissé bon nombre de ballons dans des moments brûlants (64e, 77e, 81e) pour assurer la victoire de son équipe. Sur le plan comptable, ce succès offre un peu de fraîcheur aux Colchoneros, désormais 5e, à six points du leader barcelonais. De son côté, le Real Madrid voit sa série de cinq victoires s’enrayer, et reste troisième derrière le Barça et Gérone.

Mais c’est de notoriété publique, assommer le Real Madrid n’est pas suffisant, il en faut beaucoup plus pour avoir les coudées franches face à cette équipe. Et Toni Kroos en connaît un rayon à ce sujet. D’un magnifique enchaînement devant la surface de l’Atlético, c’est le vieux briscard Allemand qui sonnait la révolte pour réduire l’écart (35e). Stimulés, les Madrilènes pensaient d’ailleurs égaliser grâce à Camavinga, avant qu’un hors-jeu soit finalement signalé à la conclusion d’un moment de flottement.

footmercato

Leave a reply