L’UCAK et l’UASZ scellent une convention de partenariat

0
212

Le président du Conseil académique de l’université  Cheikh Ahmadoul Khadim (UCAK) de Touba, Mor Faye et le recteur de l’université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ), Mamadou Badji, ont procédé à la signature d’une convention de partenariat axée principalement sur deux volets, a constaté l’APS.

Cette signature de convention a eu pour cadre le Complexe Cheikh Ahmadoul Khadim pour l’Education  et la formation (CCAK-EF) en présence de Serigne Ahmadou Badawi Mbacké, président dudit complexe.

”Le premier volet qui porte sur l’enseignement, la recherche et l’administration, va permettre de mettre en place un cadre d’échange, de mobilité, de mutualisation des ressources, de coopération scientifique et de recherche”, a dit M. Faye, lors de la cérémonie de signature de ladite convention.

”Le second volet concerne tout ce qui est lié au service à la communauté et à la société”, a-t-il ajouté, précisant qu’ il englobe tout ce qui touche à l’agroforesterie, à la santé, à l’énergie renouvelable et à l’efficacité énergétique, à l’analyse et au traitement de l’eau, à la recherche sur l’aménagement du territoire et à la gestion durable.

Mor Faye a souligné qu’il attend ”beaucoup de choses de cette coopération qui sans doute va véritablement sceller une coopération fructueuse entre les deux universités”.

Mamadou Badji, le recteur de l’UASZ, a relevé qu’il y a ”véritablement une possibilité de collaborer de manière efficace et opérationnelle dès maintenant avec le complexe Cheikh Ahmadoul Khadim (CCAK) de Touba que dans tous ces domaines”.

”Une équipe paritaire composée des collègues mais aussi des jeunes chercheurs sera mise à la disposition de l’UCAK pour décliner une feuille de route à partir de laquelle le travail va pouvoir se faire”, a-t-il indiqué.

”Nous pouvons apprendre beaucoup du savoir-faire du CCAK ”, a-t-il ajouté, affirmant la volonté de l’UASZ de s’inspirer du modèle économique de l’université de Touba où, dit-t-il,  il y a à côté des ressources disponibles, des leviers qui permettent à cette université la possibilité de faire plus que les autres universités publiques sénégalaises.

Mamadou Badji a fait part de la nécessité d’enrichir et d’élargir ce modèle économique par l’allocation de ressources nouvelles.

Plusieurs autorités académiques, administratives et étudiants des deux universités ont assisté à cette cérémonie de signature.

 

Leave a reply