Mamadou Ngom et de Meïssa Babou émettent des réserves sur le projet de loi de finances 2022 arrêté à 5150 milliards

0
132

Le budget 2022 arrêté à plus de 5000 milliards a été adopté en conseil des ministres, mercredi dernier. Ce budget est certes ‘’ambitieux’’ et ‘’soutenable’’, selon des économistes, qui craignent par la même occasion qu’il soit «déficitaire» au regard de la rareté des ressources financières due à la conjoncture internationale très difficile.  

Porté à 5 150 milliards, le budget 2022 semble «ambitieux» aux yeux des économistes et enseignants à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad). Mamadou Ngom, économiste fiscaliste et enseignant à l’Ucad rappelle d’ailleurs que «depuis 2021 nous sommes entrés dans le budget programme». Par conséquent, «on budgétise autrement qu’avant». Sous ce rapport fait-il remarquer : «les recettes et les dépenses sont traduites en autorisation d’engagements et de crédits de paiement».

Ce qui signifie que désormais, on fixe des objectifs sur la base des projets, des programmes et des actions pour les atteindre. Tout le contraire des budgets d’avant. A regarder de près pour le budget 2022, les dépenses à faire dépassent de loin les recettes à mobiliser. Ce qui ne traduit pas forcément la sincérité du budget puisque « les recettes prévues sont de 3.510,7 milliards, contre les dépenses devant s’élever à 4.294,7 milliards, soit un déficit 794 milliards», argumente le Professeur.

En clair, selon lui : «ce sont des autorisations d’engagements».  Et donc, «durant les trois prochaines années (2022, 2023, 2024), à venir, il sera question d’exécution du document de programmation budgétaire et économique. Les ministères vont se baser sur ces prévisions pour dérouler leur budget». Ce qui laisse présager un budget déficitaire, parce que, de par sa nature même, le budget programme est déficitaire en ce sens qu’il est bâti sur des engagements.

Mais, pour le Professeur Ngom la question qui mérite d’être posée, «C’est, est-ce que le déficit peut être résorbé comme cela se faisait avant cette période de covid-19, parce que tout le monde est en cours de liquidité ?».

Au chapitre de la hausse du budget, il estime que celui-ci est certes «ambitieux et soutenable mais le seul hic, c’est la mobilisation des recettes». Il est d’avis que les recettes douanières ne suffisent pas à elles seules puisqu’elles ne sont pas des indicateurs de développement. Magnifiant le rythme d’accroissement qui, en dix ans a permis de doubler le budget, cela signifie qu’il «y a une croissance en moyenne de 7%», a dit le professeur.

Quid de la situation de crise sanitaire mondiale ? Il répond : «il faut être en situation d’alerte et de veille permanente».

«Pas d’exploit»

Son collègue Meissa Babou de relever la hausse du budget qui pour lui rentre dans l’ordre norme des choses. L’économiste de rappeler que le président Abdoulaye Wade, à quintupler le budget d’Abou Diouf en 12 ans de magistère, passant de 500 milliards à 2700 milliards. Donc, «pas d’exploit !», tient-il à souligner.

Parallèlement, «l’analyse quantitative du budget n’est pas pertinente», a-t-il martelé. Il rappelle qu’un budget est d’abord un moyen de développement. Par conséquent, explique-t-il : « Qui dit développement dit choix et orientation. Dès lors, se pose la question centrale qualitativement à savoir les orientations par rapport au budget». En clair, est-ce que les Sénégalais vont se sentir dans ce budget ? Est-ce que tous les secteurs d’activités (70% de la population dans l’agriculture, la pêche, l’artisanat…) seront bien servis.

Ne va-t-on pas faire les mêmes erreurs avec des projets pharaoniques qui engloutissent l’essentiel du budget sachant que le 1/3 est déjà consacré au fonctionnement ?

Autant de questions qui attendent réponses. Donc, «il faut retenir qu’un budget est une simple prévision. Et d’année en année, on se rend compte que le budget connait un déficit de 400 milliards», a-t-il expliqué.

Autre inconnu, «c’est comment élabore-t-on un budget ?», s’interroge le Professeur ? Pour notre pays, «les 2/3 viennent des impôts et taxes et le reste sur la base d’aide et d’endettement», explique-t-il. Par conséquent, si le budget progresse sur la base de la fiscalité, cela signifie que «l’Etat est en train de nous tuer en faisant supporter ces taxes là sur la consommation des populations. Ce qui explique le fait que la vie devienne de plus en plus chère ». De l’autre côté, fait-il savoir « un budget au-delà des taxes et impôts, c’est de l’emprunt ». Vu sous cet angle « ne va-t-on pas encore corser le taux d’endettement ? ».

A suivre ses explications, «la qualité et la pertinence économique dudit budget dépendent aussi de l’alimentation de ce budget-là».  Avec quels moyens ? Et souvent ce budget peut paraitre un poison pour les populations. Parce qu’on risque de creuser le déficit budgétaire.

Enfin, le Pr Babou souligne aussi que nous sommes à l’ère des budgets programmes. Ce qui signifie que «les ministères sont devenus autonomes par rapport à l’exécution des prévisions de leurs dépenses», explique-t-il.

JEAN PIERRE MALOU  

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :