Marche de Diourbel – installations anarchiques et encombrements : les commerçants dans l’attente de la livraison de Ndoumbé Diop

0
832

Le marché Ndoumbé Diop de Diourbel fait partie du vaste Programme de modernisation et de gestion des marches (PROMOGEM) enclenché par l’Etat. Les acteurs du marché saluent ce programme et invitent les autorités à accélérer  son ouverture. En attendant la réception définitive des travaux, les 500 occupants se bousculent au niveau du boulevard Ndiobène-Taye, créant beaucoup de désagréments.

Le coût des travaux  du  marché Ndoumbé Diop, entamés au lendemain de l’incendie mortel de 2017 où un soldat du feu avait péri, se chiffre à   500 millions de F CFA. Les travaux ont été entamés en juillet  2017, après ce violent incendie qui a ravagé une partie de cet établissement marchand. Les travaux sont presque termines. Mais les commerçants attendent avec impatience la livraison des travaux. Il ne reste que quelques travaux d’assainissement des eaux usées à faire, selon Assane Sylla Faye, l’agent voyer de la commune de Diourbel. Toutefois, ce volet assainissement n’était pas inclus dans les travaux initialement. D’ailleurs, l’entrepreneur en charge de la réalisation du marché Ndoumbé Diop déclare que tous les travaux sont terminés.

Mais, sur le terrain, la réalité est toute autre ; les commerçants ont occupés le boulevard Ndiobène-Taye, occasionnant beaucoup de désagréments aux passants. Cette situation s’explique, selon Modou Gueye Diop, le délégué général du marché, par le fait que les 500 commerçants qui avaient  été déguerpis  par le feu ont été recasés sur le boulevard Ndiobène-Taye. N’empêche, il salue la mise en place de du Programme de modernisation et de gestion des marchés (PROMOGEM)  qui permet de mettre en œuvre des bouches d’incendies,  d’aménager des voies d’accès notamment pour les secours, en cas de sinistre ou autre danger. C’est la raison pour laquelle, l’incendie qui s’est déclaré le lundi dernier, 9 janvier 2023, faisant de 2 cantines calcinées, a été vite maitrisé par les soldats du feu.

Néanmoins, Modou Gueye Diop invite les autorités municipales à  prendre des mesures idoines pour mettre de l’ordre au niveau du marché. Car, souligne-t-il, on note beaucoup d’encombrements sur le boulevard Ndiobène-Taye,  empêchant les véhicules de pouvoir l’emprunter, du Nord au Sud. Parfois, ce sont des vendeurs à la sauvette qui s’installent au milieu de la chaussée. Il n’y a que les deux roues qui peuvent passer difficilement, de la route de Gossas à la rue d’Avignon.

Les installations anarchiques, les fils électriques occasionnent une insécurité au niveau du marché.  Pour Aldiouma  Diop, un couturier installé au niveau du marché, «ce  sont les installations anarchiques qui causent ces nombreux cas d’incendies. Il y a beaucoup de désordre ; il faut une réorganisation du marché en secteurs d’activité  ou  en corps de métiers : ceux qui vendent de la viande ne doivent pas cohabiter avec ceux qui vendent des tissus».

Adama NDIAYE

Leave a reply