Marche pacifique des étudiants de l’UGB pour la justice pour Seynabou Kâ Diallo et la sécurisation du campus

0
512

Les étudiants de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis ont effectué dans la matinée d’hier, lundi 28 Mars, une marche pacifique sur la Route Nationale No.2 (RN2) pour réclamer justice pour leur camarade Seynabou Kâ Diallo, l’étudiante de l’UFR des Sciences Agronomiques, d’Aquaculture et des Technologies Agroalimentaires, qui a été tuée la semaine dernière après avoir été portée disparue pendant 24 heures. C’est à l’initiative des responsables de la Commission Sociale des étudiants de Saint-Louis qui exigent des autorités étatiques la sécurisation de leur université. Ces étudiants ont marché du campus social au quartier de Boudiouck en présence de toutes les associations féminines et de travailleurs de l’UGB.

Encadrés par les éléments de la Compagnie de Gendarmerie de Saint-Louis, les étudiants de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis ont effectué hier, lundi 28 Mars, une marche pacifique sur la RN2 à l’initiative des responsables de la Commission Sociale. De leur campus social au quartier de Boudiouck, ces étudiants en colère ont exécuté des chants pour réclamer justice pour leur défunte camarade Seynabou Kâ Diallo, tuée la semaine dernière dans cette université de Sanar.

On pouvait lire à travers leurs pancartes, des messages tels que « Non aux violences faites aux femmes » ; « Que justice soit faite pour notre camarade Seynabou Kâ Diallo » ; « Stop Dafa Doy » ; « L’UGB est dans une insécurité totale » ; « Nous sommes venues à l’UGB pour étudier et pas pour être sacrifiées » ; « Nous demandons aux autorités d’Agir » et enfin « Non aux minables ». Et pour Pape Moussa Dia, secrétaire administratif de la Commission Sociale des étudiants de l’UGB de Saint-Louis, « cette marche pacifique est initiée pour rendre hommage à notre défunte camarade Seynabou Kâ Diallo ».

« C’est une marche pacifique qui doit être menée pour montrer à l’opinion nationale et internationale comment la Commission Sociale et l’ensemble des associations féminines sont en tristesse et désolation avec un cœur meurtri à cause de ce qui s’est passé. Nous condamnons tous ce crime odieux car l’université devrait être un espace où l’étudiant doit être épanoui et avec une conscience tranquille pour mieux étudier », a-t-il dit tout en réclamant justice pour l’étudiante Seynabou Kâ Diallo mais aussi la sécurisation de leur campus social.

La marche a réuni aussi les membres de plusieurs associations féminines notamment la Cellule Genre et Équité de l’UGB et le Mouvement Action UGB. Pour Soda Diouf Bâ de la Cellule Genre et Équité et membre du personnel médical de l’UGB, « ce drame a installé la psychose totale chez les étudiantes qui s’enferment très tôt dans leurs chambres tandis que d’autres ont déjà quitté le campus social de peur de subir le même sort que leur camarade Seynabou Kâ Diallo ».

Elle en a profité pour inviter les autorités à prendre cette question d’insécurité au sérieux et à la résoudre définitivement. Pour sa part, Ama Diarga Faye de Action UGB, justice doit être faite pour Seynabou Kâ Diallo. « Aujourd’hui, quand vous venez à l’UGB, vous voyez au niveau du portail, un message à savoir L’Excellence au service du Développement. Donc on ne peut pas comprendre que l’excellence soit au service des agresseurs, des assassins et des malfaiteurs au niveau du campus social. Cette situation perdure depuis des années. On a toujours alerté l’autorité pour lui dire que le campus social n’est pas sécurisé. Et ce meurtre, c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase », a-t-elle regretté tout en invitant les autorités à prendre leur responsabilité pour régler cette question d’insécurité de manière définitive.

OUSMANE GUEYE, PRÉSIDENT DE LA COORDINATION DES ÉTUDIANTS DE SAINT-LOUIS

« Que les autorités n’essaient même pas de jouer avec cette affaire qui est trop sérieuse et qui mérite d’être élucidée »

La Coordination des Étudiants de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (CESL) a fait face à la presse hier, lundi 28 Mars, pour se prononcer sur cette affaire de meurtre de l’étudiante Seynabou Kâ Diallo. Ses membres menacent de paralyser dans les jours à venir les enseignements et apprentissages au sein de cette université si jamais la question de l’insécurité n’est pas résolue. Ils ont invité leur base au calme et à la retenue afin de laisser la Gendarmerie dérouler son enquête.

Toutefois, ils ont demandé au Directeur du Centre des œuvres universitaires de Saint-Louis (Crous) en l’occurrence Pape Ibrahima Faye et toute son équipe à revenir occuper leur ancien bureau au sein du campus social. Ce qui, selon Ousmane Gueye, Président de la Coordination des étudiants de Saint-Louis, lui permettra de mieux s’occuper des problèmes des étudiants. Ces derniers, a-t-il précisé, ne sont pas protégés du point de vue physique, sanitaire et alimentaire au sein de cette université. « C’est parce que tout simplement, l’autorité a failli à sa mission première qui était de garantir toute sorte de sécurité qui soit réclamée par l’étudiant », a-t-il expliqué. Pour l’heure, les résultats de l’autopsie sont attendus par la Coordination des étudiants de Saint-Louis qui promet de se faire entendre dans les jours à venir.

YVES TENDENG

Leave a reply