Marche silencieuse « Aar Sunu Election » réactions des acteurs

0
261

Pr Babacar Gueye, membre « Aar sunu élection »

« Nous sommes là pour fêter le crédit retrouvé par le Sénégal considéré jusqu’ici comme une vitrine de la démocratie en Afrique»

« C’est un jour de fête. Une manifestation, c’est une manifestation de joie. Nous nous réunissons aujourd’hui non pas pour revendiquer quoi que ce soit mais pour fêter cette décision historique du Conseil constitutionnel. Mais également pour fêter le crédit retrouvé par le Sénégal considéré jusqu’ici comme une vitrine de la démocratie en Afrique, Alors nous sommes là pour faire une marche silencieuse, pour marquer notre satisfaction, notre joie face à ce qui est en train de se passer dans ce pays. Le Sénégal redevient un Etat de droit, la démocratie et la République sont sauvées… Maintenant, nous espérons que le président de la République respectera la décision du Conseil constitutionnel comme il a dit dans le communiqué de la présidence de la République et organiser cette élection dans les meilleurs délais. Nous avons fait des projections qui nous ont permis d’arriver à deux dates : soit le 3 ou le 10 mars 2024 »

MALICK GAKOU, CANDIDAT DE LA COALITION GAKOU2024

«Ce que les Sénégalais veulent, c’est la date des élections libres et transparentes avant le 2 avril »

« Je pense que l’État du Sénégal n’a plus le droit à l’erreur et qu’il va organiser les élections durant le mois mars afin que la passation de service entre le président Macky Sall et le nouveau président puisse se faire le 2 avril. J’estime que quand le président de la République dit qu’il respectera la Constitution, c’est ce qui est normal puisque tout le monde doit respecter la

Constitution. La Constitution est le trait d’union entre la République, la Nation et les populations. J’invite le président de la République à prendre  rapidement un engagement des discussions et pas des concertations ou un dialogue qui n’ont absolument rien à voir avec les réalités du pays aujourd’hui.

Parce que, ce que les Sénégalais veulent, c’est la date des élections libres et transparentes avant le 2 avril et que le prochain président de la République puisse s’installer ».

MOUNDIAYE CISSE, MEMBRE « AAR SUNU ÉLECTION » : « Cette marche est pour que plus jamais, un président au-delà du président Macky Sall ne touche aux clauses d’éternité qui sont dans notre Constitution »

«  Nous avons organisé cette marche pour le respect du calendrier républicain, la non-prolongation du mandat du président de la République. Il y a un moment où dans la vie, dans notre démocratie, il faut savoir dire non. Cela va aller au-delà de Macky Sall, c’est pour que plus jamais, un président au-delà du président Macky Sall ne aux clauses d’éternité qui sont dans notre Constitution, notamment le mandat et la durée du mandat comme la date des élections. C’est des acquis démocratiques auxquels on ne peut pas toucher. Par ailleurs, la décision du Conseil constitutionnel est historique parce qu’il ne pouvait pas faire autrement que de dire le droit.

Le Conseil a été à l’écoute du peuple sénégalais. Il a dit le droit, il a sauvé le Sénégal. Il n’y a pas d’alternative à la justice ».

MAME BOYE DIAO, CANDIDAT DE LA COALITION DIAO2024 : « Quand on laisse les Sénégalais s’exprimer, ils peuvent le faire dans la discipline sans qu’il y ait de débordement »

« Je salue cette belle mobilisation des Sénégalais qui se sont levés pour défendre la démocratie et l’Etat de droit. Ce qui est important, c’est l’avenir du Sénégal. Donc, aujourd’hui, c’est une belle leçon que nous donnons encore une fois aux autorités Sénégalaises en place.

Quand on laisse les Sénégalais s’exprimer, ils peuvent le faire dans la discipline sans qu’il y ait de débordement. Donc vous avez vu que des Sénégalais sont sortis en masse, ils ont marché et donné chacun son message.

Et les gens pourront rentrer en toute quiétude. Deuxième chose, nous sommes dans un moment crucial de notre pays.

Cette étape charnière qui mérite que le président de la République soit à la hauteur de l’histoire du pays. C’est à lui de se hisser pour mériter d’être écrit dans les livres de l’histoire dans de bons termes. Le président doit planifier dans les 48 heures, une concertation pour que, au plus tard le 02 avril, comme le dit le considérant 14 du Conseil Constitutionnel, il puisse passer le témoin à son successeur et que les Sénégalais passent à autre chose ».

 

Leave a reply