Marie Khemesse Ngom, ministre de la sante sur les recommandations de l’évaluation du Rsi : « Le Sénégal tient l’opportunité de renforcer efficacement son système de santé»

0
1247

L’atelier d’évaluation du Règlement sanitaire international (RSI) qui se tenait à Dakar du 17 au 21 juillet 2023 a pris fin hier, vendredi 21 juillet 2023 dans l’après-midi. Lors de la cérémonie de clôture, le ministre de la Santé et de l’action sociale, Marie Khemesse Ngom Ndiaye, a fait savoir que le Sénégal fera bon usage des recommandations et des conclusions conjointes, issues des échanges de la rencontre qui a regroupé des représentants de l’Etat du Sénégal et des experts internationaux, venus de différents horizons.

Le règlement sanitaire international (RSI) tenait sa deuxième édition de l’atelier d’évaluation du 17 au 21 juillet 2023 au Sénégal. Lors de la cérémonie de clôture qui a eu lieu hier, vendredi 21 juillet à Dakar, des recommandations et des conclusions ont été faites par les experts. Le ministre sénégalais de la Santé et de l’action sociale qui présidait la cérémonie de clôture de la rencontre, a promis que le Sénégal s’appropriera des recommandations et conclusions faites pour renforcer son système de santé. « Le Sénégal tient à la lumière des recommandations et des conclusions conjointes de cette évaluations, l’opportunité de renforcer concrètement les capacités de son système de santé et de l’Action sociale, pour mieux prévenir, détecter, se préparer et riposter efficacement contre toutes menaces de santé publique, qu’elle soit naturelle, accidentelle ou provoquée, biologique ou industrielle », a déclaré Marie Khemesse Ngom Ndiaye.

Le ministre sénégalais de la Santé et de l’Action sociale considère qu’au-delà des crises sanitaires d’origine biologique comme la Covid-19, le choléra, la fièvre lassa, la dingue, variole du singe, fièvre Crimée Congo, notre planète est en pleine confrontation avec les changements climatiques susceptibles d’affecter durablement la sécurité sanitaire mondiale.  Selon elle, ces dérèglements deviennent une préoccupation qui nécessite une préparation permanente pour détecter et riposter efficacement contre les catégories d’urgences sanitaires auxquelles ils pourraient donner naissance.

Le représentant de l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) qui a commencé par magnifier les efforts du Sénégal en matière de santé s’est félicité de l’organisation de la rencontre à laquelle « la gente féminine a activement participé ». « Je voudrais saluer la qualité des travaux accomplis tout au long des 5 jours de cette évaluation. Les rapports quotidiens qui nous sont parvenus ont témoigné de la qualité de l’ambiance du travail, de l’objectivité et de la rigueur scientifique qui ont caractérisé les délibérations », a-t-il déclaré.

BABACAR NGOM (STAGIAIRE)

Leave a reply