Messi, nouveau Dieu d’Argentine (Par Abdoulaye THIAM)

0
245

Selon les Argentins, Dieu est mort le 25 novembre 2020 à Tigre. Excusez du blasphème ! Les sept ballons d’or, la médaille d’or aux Jeux olympiques en 2008, le trophée de la Copa America (2021), les titres de campeónes d’Espagne doublés de Pichichi (meilleur buteur) et autres souliers d’or soulevés par Lionel Messi ne valaient rien. Absolument rien aux yeux des millions de supporters argentins. Pour entrer dans la légende, il manquait à la pulga le trophée de la coupe du monde de football. Eh bien, c’est désormais chose faite. Lionel Messi a lui tout seul permis à l’Albiceleste de toucher le graal hier, dimanche 18 décembre 2022, dans une finale extraordinaire face à la France (3-3, 4TAB2). Auteur d’une prestation XXL avec deux buts marqués, l’enfant de Rosario peut mettre un terme à sa belle carrière internationale comme il l’a annoncé lui-même, bien avant son ultime match. Il est entré dans la légende. Il peut s’assoir à la table de Pelé et de Diégo Armando Maradona. Mieux, ceux qui doutaient de son talent et de sa capacité à gagner un trophée majeur avec l’Argentine vont ranger leurs critères.

Léo, c’est l’Argentine. Messi, c’est l’Albiceleste. Sept buts en sept matches, l’ancien attaquant du FC Barcelone, est devenu le premier joueur de l’histoire de la coupe du monde à marquer en phases de poules, en huitièmes de finale, en quart de finale, en demi-finale et en finale.

Sacré homme du match nonobstant ses 35 ans, devant la supersonique, Mbappé (24 ans), Messi ne pourra certainement jamais effacer El pibe de oro (un gamin en or, surnom donné à Maradona) dans les cœurs des argentins, mais il le supplante grâce à ses statistiques stratosphériques grâce à ses 13 buts qui font de lui, le meilleur buteur de l’Argentine dans la plus grande des compétitions mondiales de football.

Au niveau mondial, Lionel Messi avec ses 26 matches dans une phase de finale de coupe du monde, dépasse d’une rencontre l’Allemand Lotthar Matthäus (1982 et 1994).

Il met aussi à terme à la domination européenne. La dernière victoire d’une sélection sud-américaine remonte en 2002 avec le Brésil.

Un record symbolisé par une longévité sans égale de la Pulga qui est le seul rescapé de l’équipe d’Argentine qui avait disputé et perdu la finale en 2014 face à l’Allemagne de Joachim Löw. Un joueur d’un tel acabit ne pouvait pas terminer sa carrière sans remporter ce trophée de coupe du monde. Il forçait tellement le respect que certains français n’hésitaient pas à le supporter grâce à sa belle et extraordinaire carrière. L’Argentine tient ainsi son nouveau Dios. Eternellement !

Leave a reply