Mort de Nahel : en Ile-de-France, les bus et tramways suspendus tous les soirs à partir de 21 heures jusqu’à nouvel ordre

0
575
(Libération.fr)- Le dispositif policier massif déployé dans toute la France n’a pas empêché les violences urbaines, dont l’intensité semble monter d’un cran trois jours après la mort de Nahel, tué par un tir policier mardi à Nanterre

– Commerces incendiés dans le Nord, magasins pillés à Paris, bus réduits en cendres à Aubervilliers, scènes de violences de Tours à Rennes en passant par Strasbourg et toute la banlieue parisienne : la France sort d’une troisième nuit de violences urbaines.

– Les forces de l’ordre ont interpellé au moins 667 personnes dans la nuit de jeudi à vendredi 30 juin.

– Emmanuel Macron va présider une nouvelle réunion de la cellule interministérielle de crise à 13 heures. Le conseil interministériel des villes a été maintenu mais se tiendra finalement à Matignon et non à Chanteloup-les-Vignes. Élisabeth Borne a réuni plusieurs ministres dès ce matin à Matignon pour évoquer les violences de la nuit.

Les manifestations interdites vendredi à Marseille. La préfète de police des Bouches-du-Rhône a interdit vendredi toute manifestation dans le centre de Marseille, après une nuit émaillée d’incidents dans la cité phocéenne. La préfète Frédérique Camilleri a, également, annoncé la suspension de tous les réseaux de transport en commun à Marseille à partir de 19 heures, après une réunion avec le maire de la ville Benoît Payan, des représentants de la Métropole Aix-Marseille-Provence, du Réseau de transports métropolitains (RTM) et des fédérations de commerçants. Le port et le transport d’artifices ou de «tout objet susceptible d’être utilisé comme une arme par destination» sera également interdit par un arrêté, a précisé la préfecture de police.

Festivités de fin d’année annulées dans l’Académie de Versailles. Toutes les fêtes de fin d’année scolaire dans les collèges et lycées de l’académie de Versailles, la plus grande de France, sont annulées tandis que le maintien des kermesses, pour les écoles, sera décidé au cas par cas, selon un message de l’académie envoyé vendredi aux chefs d’établissement. Cette décision a été prise «dans le contexte actuel de fortes tensions suite au drame de Nanterre», selon le message de la rectrice. L’académie de Versailles comprend la ville de Nanterre.

Les insoumis déplorent un «drame dans le drame» en Guyane. La présidente du groupe LFI à l’Assemblée nationale Mathilde Panot ainsi que d’autres députés insoumis réagissent tour à tour à « un drame dans le drame » survenu cette nuit à Cayenne en Guyane. «Toutes mes pensées aux proches de cet homme de 54 ans mort à Cayenne à son domicile d’une balle perdue, écrit Panot sur Twitter. La répression brutale et sourde à la colère légitime suite à la mort de Nahel doit cesser immédiatement». Selon le média La 1ere, un quinquagénaire est décédé cette nuit «touché par une balle perdue» en Guyane pendant des incidents liés à la mort de Nahel, cet adolescent tué par un tir de policier en début de semaine.

Les bus et tramways en Ile-de-France suspendus à partir de 21 heures jusqu’à nouvel ordre. Tous les bus et tramways seront interrompus à 21 heures au plus tard «tous les soirs jusqu’à nouvel ordre», a annoncé vendredi Ile-de-France Mobilités (IDFM), l’autorité chargée d’organiser les transports dans la région capitale. Cette mesure est prise «pour la sécurité des agents et des voyageurs», a expliqué IDFM alors que la région parisienne, comme le reste de la France, est en proie à des émeutes depuis mardi.

875 interpellations dans la nuit de jeudi à vendredi. Un total de 875 personnes ont été interpellées de jeudi à vendredi en France, dont 408 à Paris et sa proche banlieue, lors de la troisième nuit consécutive de violences en réaction à la mort de Nahel, tué par un policier, selon un bilan définitif du ministère de l’Intérieur. Au total, 492 bâtiments ont été atteints, 2 000 véhicules brûlés et 3 880 incendies de voie publique allumés la nuit dernière, selon les chiffres donnés par le président de la République Emmanuel Macron au début d’une réunion à Matignon sur la politique de la ville et des quartiers prioritaires.

A Lyon, la circulation des bus et tramway suspendue à partir de 20h. Le réseau de transports en commun de la ville de Lyon sera progressivement suspendu ce vendredi 30 juin à partir de 20h. Une décision prise conjointement entre la préfecture du Rhône, la Métropole de Lyon, et le Sytral – le syndicat qui gère le réseau de transports en commun. Dans un communiqué, les autorités indiquent que «la situation sera réétudiée conjointement chaque matin». Le président de la Métropole Bruno Bernard précise que : «ces mesures seront reconduites demain soir si la situation ne s’améliore pas».  «Un important dispositif humain sera déployé sur le terrain afin d’assurer la sécurité des voyageurs et des personnels du réseau métro qui circulera jusqu’à 2h si les circonstances le permettent», détaille le communiqué. Seule la station Hôtel de Ville du métro sera fermée dès 20h, en raison de la manifestation prévue contre les violences policières.

A Aubervilliers après l’incendie de l’entrepôt RATP. «Non madame. Je ne parle pas aux journalistes, ils racontent toujours n’importe quoi, j’ai déjà dit non à tous vos confrères», Adel refuse la demande d’interview de Libé. Âgé de 24 ans, cet habitant d’Aubervilliers dit avoir été présent lors des violences qui ont enflammé l’entrepôt. «Il y a toujours deux poids deux mesures dans la manière dont vous traitez les faits», râle-t-il en filmant les bus cramés à travers le grillage pour sa communauté de Tik Tok. «Vous ne venez jamais ici, on ne vous voit jamais, et quand il se passe un truc négatif vous arrivez tous avec vos caméras pour filmer quelques minorités problématiques et on est tous pointés du doigt». Il accepte finalement de s’asseoir au bistrot pour raconter sa version des faits. «Tout s’est bien passé jusqu’à vingt-trois heures à peu près… Quelques jeunes foutaient un peu le bordel avec des mortiers mais ça on a déjà vu avant. Puis, les policiers ont débarqué en force et ont gazé tout le monde, sans faire de distinction», raconte le jeune homme. Selon lui, l’incendie s’est déroulé «sur le coup de l’euphorie à la suite de cette intervention»Par Yoanna Herrera

«L’escalade sécuritaire mène au désastre». Jean-Luc Mélenchon fustige l’augmentation du déploiement des forces de l’ordre dans la nuit de jeudi à vendredi, et les déclarations de l’exécutif qui s’est dit prêt à adapter le dispositif de maintien de l’ordre «sans tabou», après une troisième nuit d’émeutes urbaines en France. Le chef insoumis avance des propositions : «Entendez la demande populaire. Respectez-la. Plan d’urgence justice partout». LFI demande la condamnation rapide et la suspension du policier qui a tué le jeune Nahel mardi matin à Nanterre lors d’un contrôle routier. Mais LFI exige aussi une réforme de la police, notamment l’abrogation de l’article de loi portant sur la légitime défense des policiers.

Leave a reply