Mort de Nahel : quand les médias anglo-saxons déroulent leur lecture racialiste

0
538

(lepoint.fr)- Le « New York Times » ou CNN et Channel 4, qui interrogent Rokhaya Diallo et Juan Branco, livrent une interprétation très particulière des émeutes et de la mort de Nahel.

Faut-il encore s’étonner des articles à charge du New York Times contre la France ? Depuis quelques années, le quotidien américain voit dans la laïcité française une forme de racisme qu’il s’empresse de critiquer. L’universalisme ? Le journal lui préfère une approche identitariste. Il considère ainsi la mort de Nahel, tué par un policier le 27 juin lors d’un contrôle routier, ainsi que les émeutes qui ont suivi, comme un débat sur « la race et l’identité ». Lundi 3 juillet, le New York Times a pourtant surpris en opérant dans un article un rapprochement douteux entre la mort de Nahel et l’interdiction du hidjab dans le football féminin, confirmée par le Conseil d’État le 29 juin.

Pour sa correspondante à Paris, il s’agit ni plus ni moins de « deux visages des divisions raciales » qui règnent dans notre pays. La laïcité ? « Les critiques disent parfois qu’elle est utilisée comme une arme pour exclure les musulmans, spécialement les femmes qui portent le voile, de l’espace public ». Et le quotidien américain de citer l’exemple des Hijabeuses, ces joueuses de foot qui défendent le droit de jouer voilées en compétition, en dépit de la réglementation (l’article 1 du règlement de la Fédération française de football interdit « tout port de signe ou tenue manifestant ostensiblement une appartenance politique, philosophique, religieuse ou syndicale », NDLR).

Le parallèle entre George Floyd et Nahel

Dans le sillage de Newsweek, qui considère que « la France fait face à son moment George Floyd »CNN dresse un parallèle entre la mort de Nahel à Nanterre et celle de cet homme afro-américain décédé en 2020 à Minneapolis après un placage par un policier de près de neuf minutes. Pour éclairer les lanternes des spectateurs américains, CNN interviewe la journaliste Rokhaya Diallo.

Héroïne de la lutte contre les discriminations pour les uns, ennemie de l’universalisme à la française pour les autres, elle est une éditorialiste régulière du Washington Post et a l’avantage de parler un bon anglais. Selon elle, « les émeutes sont la conséquence d’un racisme systémique qui cible surtout en France les jeunes de couleur. Elles ont commencé, car beaucoup de jeunes s’identifient à Nahel, ce qui explique leur colère ». Kim Brunhuber, le journaliste de CNN, abonde : « Cette sensation est familière à beaucoup d’Afro-Américains ici. » Puis il la relance sur les syndicats de police Alliance et Unsa police qui parlent de « combat contre les nuisibles ».

Pour Rokhaya Diallo, « cela illustre le sentiment d’impunité » des policiers et leur « non-respect de gens qu’ils sont censés protéger […] et traités comme s’ils étaient toujours colonisés ou des animaux à craindre ». Le discours racialiste est lancé. Le présentateur de CNN renchérit : « La France réfute l’existence d’un racisme structurel, ce qui fait dire à certains qu’elle nie les problèmes de race. » La journaliste et militante antiraciste acquiesce à l’antenne : « Effectivement, l’indifférence à la couleur de peau (color blind en anglais, NDLR) est un aussi outil du racisme. Les personnes non blanches sont toujours maltraitées par la police et par les institutions. Elles n’ont pas les mêmes opportunités. Cette idéologie de l’universalisme se traduit souvent par un racisme en France. »

Et Rokhaya Diallo de se plaindre : « Quand je tente d’en parler en France, on m’accuse d’importer un concept américain qui n’existe pas en France. » « C’est clairement faux aujourd’hui », la soutient le journaliste de CNN. Rokhaya Diallo peut poursuivre : « La France n’est pas encore prête à s’occuper du problème du racisme. Elle préfère le confort du déni. En tout cas, cela confirme que le colonialisme a de graves conséquences sur la vie de ceux dont les ancêtres ont été esclaves ou ont été colonisés. »

Juan Branco, l’expert de Channel 4

Dans un article signé par son bureau parisien, le Wall Street Journal reprend la même antienne contre le modèle universaliste français. Le journaliste du quotidien économique, qui revendique 3,7 millions d’abonnés dans le monde, a recueilli des témoignages de personnes d’origine maghrébine ou africaine qui dénoncent le comportement raciste de la police. « De jeunes hommes d’origine africaine et arabe à travers la France se plaignent d’abus policiers persistants, qui vont du délit de faciès (“profilage racial” dit le Wall Street Journal), au harcèlement jusqu’aux agressions et aux fusillades dans les banlieues de la classe ouvrière, où vivent de nombreuses minorités françaises », assure le rédacteur. « Depuis qu’on est petit, c’est pareil pour nous tous : quand on est arrêté par la police, on a cette sensation de peur, un nœud au ventre », lui confie une personne.

Au Royaume-Uni, Channel 4 se passionne également pour la mort de Nahel et les émeutes en France. Pour décrypter la situation, la chaîne publique britannique choisit de donner la parole à un drôle d’expert français : Juan Branco. Le jeune avocat et essayiste aux théories parfois complotistes collabore avec le Cran, fédération d’associations chargées de défendre les populations d’origine africaine et antillaise contre toute forme de discrimination, qui s’est constitué partie civile dans l’affaire Nahel, considérant qu’il s’agit d’un crime raciste.

Un crime raciste ?

« Que pensez-vous des dénégations du gouvernement français sur le fait qu’il y aurait un problème systémique de racisme dans la police ? » interroge d’emblée le journaliste de Channel 4. En duplex dans un studio depuis Paris sur fond de tour Eiffel, Juan Branco déroule son discours bien rodé : « Tout le monde sait que la France est ségréguée. Une partie de la population qui vit dans les banlieues a des origines souvent nord-africaines ou africaines et il y a une élite blanche qui vit dans le centre de Paris, on voit aussi cela à Bordeaux, Lyon et Toulouse », attaque l’essayiste. Et celui-ci de poursuivre : « La police est au centre de cette problématique. On lui demande de trouver des solutions à cette politique ségrégationniste […]. » Juan Branco prend sa boule de cristal. Il prédit ensuite une poursuite de la violence, car nous assistons, selon lui, à une « certaine décompensation de la société qui produit de la violence pour être entendue et être enfin respectée ».

Les médias anglo-saxons voient finalement dans la mort de Nahel un crime résolument raciste qui justifierait, voire excuserait, les violences lors des émeutes. Ils se complaisent dans un discours victimaire tout en oubliant les agressions des émeutiers contre des journalistes, des pompiers ou des policiers et des élus. Identitaire et racialiste, cette unique grille de lecture contribue pourtant à une vision peu équilibrée et tronquée de la réalité française.

Leave a reply