Ouverture des 50èmes assises de l’Upf : Macky Sall fixe les limites à ne pas franchir

0
344

«Quand on s’affranchit des normes, il n’y a plus de limites…» a dit Macky Sall à l’ouverture des assises de l’Union internationale de la presse francophone (UPF). Le président sénégalais a dénoncé certains abus/écarts en violation des règles de la pratique journalistique, avant d’annoncer la nécessité d’ériger des remparts contre ce phénomène. De son côté, l’ancien président du Cap-Vert, Jorge Carlos de Almeida Fonseca, qui a prononcé la leçon inaugurale a rappelé le rôle crucial des médias dans l’avènement d’une société démocratique et pacifiée.

Pendant trois (3) jours, du 09 au 11 janvier 2024, l’organisation faitière de la presse francophone se retrouve à Dakar pour ses 50èmes assises. Cette rencontre de l’Union internationale de la presse francophone (UPF), ouverte hier mardi à Diamniadio, a offert une tribune au président de la République, Macky Sall, pour rappeler aux acteurs les limites à ne pas franchir dans l’exercice du métier de journaliste, pour garantir la paix et la stabilité sociales. En phase avec le thème de ces 50èmes assises de l’UPF : «Médias, Paix, Sécurité», Macky Sall a rappelé que la profession était encadrée par la Charte de Munich, reprise à son compte par la Fédération internationale des journalistes (FIJ), mais aussi par des règles d’éthique et de déontologie ; même si, par ailleurs, il souligne le caractère sacré de la liberté de la presse.

Mais, pour le président de la République du Sénégal, les abus et les écarts constatés dans la pratique doivent être encadrés par les barrières des lois et règlements ; à défaut, c’est la survie de l’humanité elle-même qui est menacée. En effet, dans un contexte mondial marqué par la montée des extrémismes de toutes sortes, des discours de haine et la violence, certains médias, même s’ils restent minoritaires, contribuent à attiser le feu. «Par définition, la liberté fait corps avec le métier des médias. Elle en est le socle et le bouclier. Mais la liberté elle-même est tributaire des conditions indispensables à son exercice», a soutenu le président  de la République.

Répondant à certains qui parlent de recul démocratique dans notre pays, Macky Sall a souligné que le Sénégal, conformément à sa tradition de «Teranga», est une terre de liberté, terre d’asile, ouverte à tous : «réfugiés, intellectuels, artistes, hommes d’Etat, journalistes, tous trouvent ici un accueil fraternel et protecteur», a-t-il dit.

«IL FAUT QUE LA LIBERTÉ AILLE DE PAIR AVEC LA RESPONSABILITÉ, COMME LES DEUX FACES D’UNE MÊME MÉDAILLE»

A propos du thème de ces assises, le président Sall a noté sa pertinence dans le contexte mondial marqué par la violence, parfois exacerbée par certains acteurs des médias qui ne se soucient guère des principes de l’éthique et de la déontologie. «L’état du monde, exténué par la guerre et la violence sous toutes ses formes, met en lumière la pertinence des sujets dont vous comptez débattre en travaux d’ateliers, notamment : la place et le rôle des médias en temps de guerre, les médias face à la désinformation et à la manipulation, la paix et la sécurité à l’heure des réseaux sociaux, la liberté de la presse et la   responsabilité».

Des sujets qui pointent du doigt le devoir de  responsabilité des médias, notamment le sens de l’éthique et de la déontologie et mettent en exergue les défis qui menacent le secteur des médias. Une situation encore accentuée par les mutations qui touchent la profession, dans la façon de l’exercer, dans les outils de travail mais aussi dans le rapport de l’opinion publique avec l’information, entre autres mutations profondes. D’où l’impérieuse nécessité pour tous de retourner aux règles qui gouvernent la pratique de ce métier. Mais malheureusement, constate Macky Sall, il y a des médias qui «attisent le feu, incitent à la violence et à la haine, excitent des foules et alimentent des conflits, jusqu’au génocide». Sans oublier la circulation rapide et à haut débit des «fake news» diffusées à grands débits.

Des pratiques qui sortent des cadres normatifs pour mettre en péril la paix sociale et la quiétude des populations. «Quand on s’affranchit des normes, il n’y a plus de limites ; et quand il n’y a plus de limites, c’est notre humanité commune qui est en danger», a mis en garde le président de la République. Pour lui, il devient alors impérieux d’encadrer l’exercice de cette liberté, par nécessité de protection de l’ordre public. «C’est un impératif minimal de la vie en société. Dans une société qui se veut ouverte, libre et démocratique comme nous y tenons tous, il faut que la liberté aille de pair avec la responsabilité, comme les deux faces d’une même médaille», a souligné Macky Sall.

«CONTRAIREMENT AUX IDÉES VÉHICULÉES, LE SÉNÉGAL CONTINUE D’ÊTRE UNE  TERRE D’EXERCICE DE LA LIBERTÉ DE LA PRESSE»

Poursuivant son discours, Macky Sall a soutenu que, contrairement aux idées véhiculées, le Sénégal continue d’être une  terre d’exercice de la liberté de la presse. Il cite à ce propos le nombre d’organes de presse enregistrés au Sénégal. «Le paysage médiatique sénégalais est florissant, avec 33 chaines de télévision, 55 radios d’informations générales, 200 radios communautaires, 49 quotidien et 140 sites d’information», a dit le président sénégalais.

L’ANCIEN PRESIDENT DU CAP-VERT LEUR RAPPELLE LEURS RESPONSABILITES

De son côté, invité à prononcer la leçon inaugurale des assises, l’ancien président du Cap-Vert a rappelé le rôle essentiel des médias dans la culture de la paix et de la compréhension, pour construire une société démocratique et pacifiée. «Dans un contexte démocratique tendu, dans notre sous-région, les médias jouent un rôle crucial dans la promotion de la citoyenneté et de la paix sociale. Je parle de la presse libre, capable de faire une couverture équilibrée et impartiale des évènements. Un journalisme crédible et de qualité contribue à éduquer le public, encourage la compréhension entre les cultures et promeut le dialogue entre les différentes parties de nos sociétés», a dit Jorge Carlos de Almeida Fonseca.

Pour lui, les médias peuvent et doivent être des remparts contre toutes les formes de violence, d’extrémisme et surtout d’ignorance. Par leur travail de terrain, d’investigation et d’enquêtes, les journalistes et les médias doivent travailler à cultiver la compréhension et le dialogue, mais aussi promouvoir la paix. Pour l’ancien chef d’Etat, nos société démocratiques, encore fragiles, ont un grand besoin de ce dialogue et de respect des différences de culture pour pouvoir vivre dans un contexte de paix et pouvoir prospérer dans nos sociétés. Dans ce sens, en tant qu’instruments d’information, les médias doivent sensibiliser aux problèmes sécuritaires, en incitant à la prévention des conflits et en encourageant la voie diplomatique de règlement des malentendus.

WORE NDOYE

Leave a reply