Partenariat UVS et PLAN INTERNATIONAL : Promotion des droits des filles

0
208

La production des évidences, un levier fondamental

L’Ong Plan International et l’université virtuelle de Sénégal
(Uvs) ont noué un partenariat afin de mieux promouvoir les
droits des jeunes et surtout des filles. Selon le directeur de plan
International Sénégal Bell’Aube Houinato, ce partenariat pourra
beaucoup contribuer à la production des évidences pour rendre
visible les situations sur les droits des filles.
« L’université virtuelle du Sénégal va pouvoir jouer un rôle
fondamental dans la production de ces évidences qui seront de
nature contraignante. Parce que cela va nous permettre de
rendre visible des situations concrètes sur les droits des
jeunes et des femmes. La nature des évidences dont nous
avons besoin doit être telle qu’il soit pratiquement impossible
pour quelqu’un de tourner le regard et rendre visible les
inégalités, la discrimination, les situations de non droits que
font face beaucoup de jeunes et en particulier les filles au
Sénégal », a-t-il indiqué.
Selon lui, dans le cadre de ce partenariat, ils pourront rendre
ces choses visibles aux autorités politiques, aux décideurs et
aux bailleurs de fonds de façon à créer une dynamique
transformative qui va engager un élan national.
« Si on reste sur les anecdotes, on ne va pas réellement
transformer la société. Dans ce cas, les bailleurs de fonds, les
institutions qui ont les moyens d’investir pour transformer la vie
des filles, ne vont pas avoir suffisamment de preuves sur
lesquelles basées leurs décisions d’investissement. De la même
manière, les autorités ne vont pas avoir les évidences sur les
quelles basées la préparation de nouvelles lois qui seraient
beaucoup plus favorables », relève-t-il.
Pour sa part Moussa Lo, coordonnateur de l’Uvs pense qu’il est
possible aujourd’hui de s’appuyer à la force du digital pour
permettre aux jeunes filles d’avoir accès à l une formation.

« Avec le modèle que nous avons, nous devons pouvoir
permettre à certaine catégorie de personnes qui n’ont pas
accès à la formation, maos qui avec la force du numérique,
peuvent apprendre. Nous avons un certain nombre de
ressources qui nous permet de développer des contenus
adaptés à ces profils. Cela va permettre de former au-delà des
étudiants, toutes catégories de personnes en particulier les
jeunes filles qui n’ont pas accès à l’éducation classique », a-t-il
fait part.
NDEYE AMINATA CISSE

Leave a reply