Plages interdites à la baignade, noyades à Dakar : les baigneurs en terrain conquis, malgré les dangers

0
1395

La boucle de l’affluence vers les plages tourne à plein régime. En cette période de chaleur, certaines populations de Dakar choisissent et continuent de se baigner au niveau des plages, pourtant classées dangereuses par les autorités étatiques, à leurs risques et périls. Souvent, la fréquentation de ces espaces étant prohibée, les pouvoirs publics ne mettent aucun dispositif ou mesure de surveillance à leur disposition ; ce qui a pour effet d’entraîner à l’été de chaque année, des dizaines de cas de noyade causant de centaines de pertes en vies humaines. 

06 corps sans vie ont été repêchés fin juin dernier dans la zone de Niague. Il s’agit d’élèves en classe de 3e au Collège d’enseignement moyen (CEM) de Niakoulrab, qui ont organisé une excursion au Lac Rose, pour se baigner à cette plage interdite de Niague, après les épreuves physiques (sportives) du Brevet de fin d’études moyennes (BFEM). Les corps de 5 jeunes élèves morts noyés ont été retrouvés entre lundi 27 et mardi 28 juin. Des heures plus tard, la dépouille d’un 6e élève a été repêchée, vers 18 heures 30, à la plage de la Cité Apix, près de la station d’épuration, le mercredi 29 juin. Une enquête a été ouverte par la Gendarmerie pour identifier tout le groupe d’élèves qui s’est rendu à cette plage.

Ce cas de noyade collective de candidats au BFEM, intervenue le 27 juin dernier, ayant défrayé la chronique, ne semble en rien dissuader les férus de la baignade. La marré humaine vers les plages, y compris celles classées dangereuses, a repris de plus belle à Dakar, en cette période estivale. Un tour dans certaines zones du littoral surtout nord de permet de faire le constat et d’apprécier.

Des vagues de diverses intensités s’abattent sur les rives, un impétueux vent humide souffle et donne un sentiment de bien-être dans cet après-midi. La plage Malibu de Guédiawaye refuse du monde. Très animé, le rond-point d’à côté dégage une ambiance carnavalesque. Pourtant, cet endroit ne fait pas partie des zones autorisées à la baignade par les autorités, malgré la présence notée de quelques sapeurs-pompiers.

«IL EST VRAI QUE CETTE PLAGE EST DANGEREUSE, MAIS… QUAND DIEU DECIDE DE NOTRE MORT, ON NE PEUT Y ECHAPPER»

Sur place, dans ce contexte des grandes vacances, les enfants bravent, comme si de rien n’était, les vagues de la mer. Âgé seulement de 13 ans, Pape vient de sortir de l’eau. Tout mouillé, il se confie : «je ne savais pas que cette plage est non autorisée à la baignade. Je suis venu trois fois ici, depuis le début des vacances», informe l’élève en classe de 6e.

Après quelques minutes de marche dans cet espace sablonneux, Marième Dia, une jeune demoiselle vêtue d’une robe de plage ornée de fleurs, assise à côté de son petit enfant, attire le regard. Contrairement à Pape, notre premier interlocuteur, Marième elle, est bien au parfum de l’interdiction de baignade dont ce lieu fait l’objet. Elle dit venir à la plage avec son fruit, mais aussi avec sa famille, pour «changer de l’air» en cette période de forte canicule.

«Il est vrai que cette plage est dangereuse, mais on peut s’en sortir quand on l’aborde avec prudence, en se limitant à la marge. Et puis, quand Dieu décide de notre mort, on ne peut y échapper», déclare la couturière de formation. «La baignade était complètement prohibée à un moment donné. Mais actuellement, c’est le champ libre ici. Je vais continuer à venir ici parce que c’est plus proche, plus amusant et plus confortable», assure l’habitante de Malibu.

«LE CENTRE AERE DE BCEAO ET MALIBU ONT LES MEMES CARACTERISTIQUES, SAUF QUE LA-BAS, LA MAIRIE A RECRUTE DES MAITRES-NAGEURS»

Trouvé allongé sur le sable après baignade, Demba Kara se confesse à cœur ouvert. «Je viens ici tous les dimanches pendant les périodes de chaleur. Aujourd’hui, je suis venu avec mon fils de 8 ans. Je sais que cette plage n’est pas autorisée à la baignade. Dès mon plus jeune âge, j’avais assisté à tous les drames qui se sont produits ici. J’ai laissé mon enfant aller se baigner, car je sais que la mer n’est pas agitée aujourd’hui. Je connais bien cette plage. Si jamais j’avais remarqué que la mer n’était pas praticable, j’aurais évité de la fréquenter avec mon fils», déclare-t-il.

Dans la même veine, M. Kara tonne : «le Centre aéré de Bceao fait partie des zones dangereuses, tout comme Malibu, sauf que là-bas, la mairie a recruté des maîtres-nageurs. On a jamais vu de maître-nageur ici, mis à part l’année dernière. S’il y a des maîtres-nageurs ici, pendant les vacances, il n’y aura pas de cas de noyade ; mais la banlieue n’est pas respectée. On ne peut pas interdire les plages de Guédiawaye aux habitants et leurs enfants qui s’y noient ne demandent pas la permission avant de braver les vagues de la mer. Souvent, ce sont les élèves qui en sont les victimes durant les grandes vacances. Les plages clés les plus fréquentées à Guédiawaye sont Malibu, Bateau-ba, Hamo 6 et Gadaye ; sauf que les politiciens ne sont pas résolus à résorber le problème. Quoiqu’on puisse dire, le Centre Aéré de Bceao doit servir d’exemple, parce que les deux plages ont les mêmes caractéristiques».

CENTRE AERE DE BCEAO, «C’EST PLUS SUR, MAIS PARFOIS DES GENS REFUSENT DE RESPECTER LES RECOMMANDATIONS DES MAITRES-NAGEURS»

Poursuivant notre périple, le cap a été mis vers la plage dite «tolérée» du Centre Aéré de Bceao de Yoff. D’aucuns ont investi les lieux juste par recherche de plaisir, de détente ou de loisir. Dane et Dieynaba forment un jeune couple habitant les Parcelles-Assainies Unité 19 rencontré sur place ce soir-là. Ils sont venus profiter de la clémence de cet endroit, comme tout le monde. Dane lui, passe l’année scolaire à Saint-Louis, mais séjourne à Dakar pendant les grandes vacances. «Je suis venu avec ma copine pour nous soulager. Nous avons choisi ici parce que c’est plus convivial et plus populaire pour la baignade. De plus, j’ai l’habitude de m’y rendre quand je viens à Dakar pendant les grandes vacances», dit-il.

Dans la foulée, Ndèye Diaw Thiam a été aperçue aux côtés de son époux, ses trois fils et sa bonne. Interrogée sur ce qui les a motivés à venir à la plage, la mère de famille de 38 ans déballe, sans ambages. «Nous sommes venus ici parce que c’est plus sûr. On y trouve des maîtres-nageurs. Aujourd’hui, j’ai voulu particulièrement faire découvrir la plage à ma bonne qui n’est jamais venue en mer», souligne-t-elle. Et la résidente de Pikine-Technopole de regretter : «le seul hic, c’est qu’il y a parfois des gens qui refusent de respecter les recommandations des maîtres-nageurs, en allant à des hauteurs jugées dangereuses».

FREQUENTATION DES PALGES A DAKAR

L’État en croisade contre les cas de noyade  

Avec 350 mille victimes par an, la noyade est la 3ème cause de décès par traumatisme non intentionnel dans le monde. Et le diagnostic sur les séquelles notamment les stress post-traumatiques des victimes sauvées est effroyable, rappelait l’ancienne maire de Dakar, Soham El Wardini, le dimanche 25 juillet 2021, à la plage de Bceao lors de la célébration de la première (1ère) édition de la Journée mondiale de prévention des noyades de par le monde, décrétée par les Nations Unies (ONU).

Le Sénégal qui dispose d’une grande côte de 700 km et d’une petite côte n’est pas épargné par ces incidents mortels, avec chaque année, une centaine de cas de noyades, «touchant le plus souvent des jeunes dont la moyenne d’âge est de 16 ans». A titre d’exemple, 110 cas de noyades ont été enregistrés en sept (7) mois, entre janvier dernier et le mardi 12 juillet 2022, dont 89 décès déplorés et 21 rescapés. Pis, au moins 250 à 275 personnes meurent de noyade chaque année au Sénégal et les plages interdites à la baignade enregistrent le plus de cas.

Vu le «nombre, de plus en plus élevé de victimes enregistré chaque année dans les zones de baignade», sept (7) ministères ont récemment décidé de mutualiser leurs forces pour une meilleure surveillance des plages. Ce sont les départements de l’Intérieur, chargé de la Sécurité publique ; de la Santé et de l’Action sociale ; de l’Environnement et du Développement durable ; de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique ; de l’Eau et de l’Assainissement ; de la Jeunesse et celui des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des territoires. Ils seront aidés dans cette tâche par l’Association des départements du Sénégal et celle des maires (AMS). Pour ce faire, un Protocole d’accord de partenariat portant sur la maîtrise durable des noyades dans les zones de baignade et de traversée par embarcation a été paraphé, depuis le 20 juin 2022, par les différentes parties.

LISTE DES PLAGES AUTORISEES ET CELLES INTERDITES A LA BAIGNADE DANS DAKAR

En plus cette mesure, le gouvernement a publié, la semaine dernière, la liste des plages autorisées et celles interdites à la baignade dans la région de Dakar. Les plages autorisées sont : Ile de Gorée, Kussum, Anse Bernard (Corniche-Est), Plage des Enfants (Corniche-Est), Terrou Baye Sogui (Corniche-Est), Cour de Cassation, Terrou-Bi, Piscine Mermoz, Ouakam, Almadies 2, Ngor, Ile de Ngor, Yoff, Cambéréne, Diokoul Hauteur cimetière (Rufisque), Ndépé (Rufisque), une partie de la plage du Cap des Biches (Rufisque).

Quant à l’interdiction à la baignade, elle concerne les plages qui suivent : Institut Pasteur ; Lat-Dior (en face Palais de Justice) ; Soumbédioune ; Université (UCAD) ; Mermoz ; Mamelles ; Almadies ; le Virage ; Hann ; Parcelles Assainies, unités 10, 15, et 19 ; Guédiawaye ; Malika ; Rufisque (de Thiawléne à Diokoul Kaw) ; plage de Thiawléne (après l’ex-usine Bata), plage du Cap des Biches (Centrale Senelec) ; plage de Mbao à Diokoul Kaw, plage de Bargny Minam.

Cependant, nombre de dakarois déplorent que ces espaces de détente ne soient pas toujours accessibles pour tous. Ils se plaignent, entre autres, d’installations, aménagements privés et mêmes des nombreuses constructions rendant inaccessibles ces espaces maritimes et donnant l’air de leur «privatisation». Ce qui fait que malgré l’interdiction de la baignade dans les plages dites dangereuses, des Dakarois continuent toujours de s’y rendre, surtout en cette période de chaleur, et au prix de leurs vies.

Beaucoup de parents s’inquiètent pour leurs enfants pendant les grandes vacances scolaires, qui coïncident avec la période caniculaire. L’afflux vers les plages dangereuses transforme la mer en véritable charnier au Sénégal, et surtout dans la capitale. Pire, aucune mesure de sécurité n’est souvent prise par les pouvoirs publics pour pallier ce phénomène annuel macabre, principalement dans la banlieue dakaroise. Les populations se voient ainsi abandonnées dans un engrenage dans lequel elles ne savent à quel saint se vouer.

LUTTE CONTRE LES CAS DE NOYADE

Rappel sortie de Macky, un an après le drame de  Malika

Le dimanche 13 juin 2021, un accident douloureux avait suscité émoi et consternation des populations. Une dizaine (10) de jeunes venaient de perdre la vie, par noyade, à Malibu, à Malika, une plage interdite pourtant à cause de son sable mouvant. En tournée économique à Matam, dans le Nord du pays, le chef de l’État, Macky Sall, avait réagi, à ce drame survenu à cette plage de Malika, dénonçant une situation «intolérable». Le chef de l’État, à travers sa page du réseau social Twitter, avait déclaré : «la mort d’une dizaine de jeunes par noyade sur les plages de Malika est intolérable. Je présente mes condoléances émues aux familles éplorées et prie pour le repos de l’âme des disparus», avait-t-il écrit.

Face l’indignation populaire, Macky Sall avait engagé son gouvernement ainsi que les Collectivités territoriales à prendre des mesures strictes pour la sécurisation des plages. «Je demande au gouvernement et aux Collectivités territoriales de prendre les mesures idoines et urgentes pour une meilleure sécurisation des plages», avait insisté le président Sall. Il avait aussi, par la même occasion, invité les parents à plus de vigilances et de responsabilité. «J’invite aussi les parents à plus de vigilance en cette période estivale. J’en appelle à la responsabilité de tous». Un an après, les mêmes causes continuent de produire les mêmes effets, des pertes en vie de centaines de jeunes.

REQUALIFICATION DES PLAGES DE DAKAR ET SA BANLIEUE

Les baigneurs encore dans l’attente… d’Antoine Diome

Pour venir à bout du drame humain causé par les noyades au niveau des plages, surtout celle interdites, le ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Abdoulaye Diome, chargé de la Sécurité publique, avait réitéré, le vendredi 9 juillet 2021, la volonté de l’Etat de procéder à une requalification des plages à Dakar et sa banlieue.

En effet, après une réunion du Comité de pilotage de la lutte contre les noyades dans les plages, qu’il a présidé, le mardi 29 juin 2021, au ministère de l’Intérieur, Antoine Félix Abdoulaye Diome a rencontré l’Association des maîtres-nageurs, le vendredi 9 juillet 2021.

Il était question, lors de cette rencontre, d’une requalification des plages, pour faire face à la recrudescence des cas de noyade. Une mission, avec des équipes techniques et les autorités étatiques et locales, était attendue sur le terrain à cet effet. Un an après, en attendant l’effectivité de cette requalification, les plages continuent d’emporter des vies, surtout de jeunes à la fleur de l’âge.

Déjà, au sortir de la réunion du Comité de pilotage, le mardi 29 juin 2021, Antoine Félix Aboulaye Diome, avait révélé que des instructions ont été données par l’Exécutif pour une présence renforcée de la Police et de la Gendarmerie nationale dans les plages, surtout celles interdites. La Brigade nationale des Sapeurs-pompiers devra aussi renforcer ses activités dans les zones de baignade. Ce qui expliquerait cette présence remarquée, depuis un certain temps, des Sapeurs-pompiers aux alentours de la plage dangereuse de Malibu.

Mieux, annonçait Antoine Félix Diome, une commission ad-hoc devrait être incessamment installée pour une mise à jour de la liste des plages, pour voir celles dangereuses à la fréquentation et celles qui ne le sont pas. Le sable mouvant, la hauteur des vagues et la pollution sont, entre autres, les critères qui déterminent la dangerosité de la fréquentation d’une plage.

En attendant, force est de constater, pour le déplorer, que chaque année, rien qu’à Dakar et sa banlieue, une centaine voire plus de cas de noyades sont enregistrés en période de chaleur (été).

Papa Moussa CAMARA (Stagiaire) & ID

Leave a reply