Présidentielle ramadan de tata : Conclave présidenciable

0
231

Tata nourrit une passion excessive pour l’archivage. Déformation professionnelle disent certains, mais elle n’en a cure. Elle aime le papier, son froufrou, son parfum, ses différents grammages. Tout papier qui lui tombe dans sa paluche est défroissé et rangé dans un classeur. Elle répète à qui veut lui prêter oreille attentive que les archives sont les dortoirs de nos mémoires. En ce temps de campagne électorale pour la présidentielle, Tata voit chaque jour ses classeurs se boursouffler : Affichette, flyer, livret contenant les aspirations des candidats à faire de ce pays, un pays riche comme celui de Kankan Moussa, roi des rois de l’empire du Mali. Si Tata ne s’est jusqu’ici pas perdue dans la forêt des candidats, des recalés et des souteneurs, elle le doit à ses archives personnelles. En parcourant les différents supports de com des candidats, une évidence lui sauta aux yeux : la promesse d’un lendemain meilleur étant la chose la mieux partagée, Tata décida d’organiser un conclave entre candidats. Elle leur tint ce langage : « Organiser une élection présidentielle est pure perte d’argent et source de violence. Dans vos programmes, vous avez diagnostiqué les maux dont souffre ce pays, vous avez des solutions, sur l’emploi des jeunes et des femmes, sur les différentes souverainetés, sur les Daras, sur l’eau, la terre et le feu de la sidérurgie pour la Falémé et même la santé pour tous sans ouvrir le porte-monnaie. Vous dites avoir les compétences pour changer la donne, alors formez un gouvernement collégial de 18 membres, avec une présidence tournante. Le Sénégal ne s’en portera que mieux. » Tata sur ses courtes jambes de sauter sur la table, criant « Au diable, vos vuvuzelas ; vos makarapas  et vos polluantes caravanes. Oust ! Du balai ! Au travail ! »

BABA DIOP

Leave a reply