Programme de résilience agricole destine aux ménages agro-sylvo-pastoraux : une enveloppe de 648 millions octroyée à 3240 ménages de Matam

0
367

Mme Aminata Sow, Déléguée Générale à la Protection Sociale et à la Solidarité Nationale(DGPSN), a, au nom du ministre du développement communautaire Samba Ndiobène Ka, procédé hier, mercredi 9 août, au lancement du cash transfert du Programme de résilience agricole destiné aux ménages agro-sylvo-pastoraux et aux pêcheurs. Pour ce qui concerne la région de Matam, c’est une enveloppe de 648 millions qui est octroyée à 3240 ménages.

Mme Aminata Sow, Déléguée Générale à la Protection Sociale et à la Solidarité Nationale (DGPSN), a présidé hier, mercredi 9 août, à Matam, au nom du ministre du développement communautaire Samba Ndiobène Ka, la cérémonie de lancement du programme de résilience agricole par le biais de transfert monétaire destiné aux ménages agro-sylvo-pastoraux et aux pêcheurs inscrits dans le registre national unique.

En présence des autorités administratives et territoriales et des milliers de bénéficiaires, qui ont fait le déplacement, Mme Aminata Sow a rappelé que, dans le but de renforcer la résilience des ménages défavorisés face aux impacts des changements climatiques qui les contraint souvent à des stratégies d’adaptation défavorables, «le gouvernement a mis en œuvre des programmes de réponse aux chocs, tels que les incendies, les inondations, l’ insécurité alimentaire, ainsi que des dispositifs de protection sociale adaptative».

Informant à ce titre que le programme agricole de résilience qui intègre ces dispositions, se fixe l’objectif d’aider les ménages démunis à accéder à des intrants agricoles subventionnés pour renforcer leurs capacités à faire face aux obstacles liés à l’accès aux facteurs de production en s’appuyant sur des mécanismes et des systèmes de protection sociale adaptative.

Car, selon elle, en plus de fournir des ressources financières à travers des transferts monétaires pouvant atteindre 200 mille francs Cfa, les bénéficiaires reçoivent également un accompagnement sous forme de sensibilisation, de coaching collectif et de  suivi de la production.  Ainsi, suite à une évaluation indépendante concluante de la phase pilote, l’autorité en charge de la DGPSN, informe que «le Ministère du développement communautaire, par le biais de la Délégation Générale à la Protection Sociale et à la Solidarité Nationale, cherche maintenant à diversifier les options pour encourager la création de richesses parmi les ménages les plus vulnérables du secteur primaire avec et pour objectif de réduire la pauvreté à long terme».

C’est dans cette dynamique, que la troisième phase du projet a été étendue aux ménages agro-sylvo-pastoraux ainsi qu’aux pêcheurs. Dans la région de Matam, l’objectif vise à atteindre 3240  ménages, soient 32400 individus répartis dans deux départements, à savoir: Kanel pour 1653 et Matam pour 1587 ménages. Dans le budget total alloué à cette troisième phase qui s’élève à 6 milliards de francs Cfa pour 6 régions ciblées, notamment Saint Louis, Louga, Tambacounda, Kédougou, Sédhiou, 648 millions sont destinés à la région de Matam. L’appui financier qui cible les ménages vulnérables dont les activités proviennent de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche ou de l’aquaculture, intéresse les départements de Matam et Kanel qui bénéficient respectivement de 317 millions 400 mille francs Cfa et de 330 millions 600 mille francs Cfa.

Le département de Ranérou quant à lui, bénéficie d’un autre projet comme le Yokou Kom Kom qui vise à favoriser l’autonomisation économique des ménages bénéficiaires du programme national de bourses de sécurité familiale (PNBSF).

Pape Moctar NDIAYE

Leave a reply