Projet de constitution: comment les soutiens du Colonel Assimi Goïta se préparent à gagner le référendum ?

0
722

A trois semaines du référendum constitutionnel,  les soutiens en faveur du ‘’ oui’’ semblent plus que jamais engager  pour faire passer  la nouvelle Constitution proposée par le Colonel Assimi Goïta  comme une lettre à la poste.

De Bamako en passant par les régions  de l’intérieur, les membres du gouvernement  ont  presque  enfilé  leurs manteaux de campagne avant même  l’ouverture de la campagne  prévue en début du mois prochain.  Ils ont  abandonné leurs bureaux pour se livrer à un exercice inédit appelé la vulgarisation du  projet de texte de la nouvelle Constitution. Les institutions de la transition, toutes sont mises à contribution déjà pour la vulgarisation du  projet de texte constitutionnel. Dans cette mouvance, plusieurs associations, mouvements politiques et partis politiques réunis au sein  du forum des forces du changement ont été créés et multipliés les  meetings et les sorties médiatiques en faveur du vote à la nouvelle.  Aujourd’hui, pouvoirs publics, partis politiques  et société civile semblent entrer en campagne.  Déjà, ils travaillent en synergie  pour  que le projet de texte proposé par le Colonel Assimi Goïta bénéficie d’une majorité écrasante le soir du 18 juin 2023, date du référendum constitutionnel.

Difficile union de la classe politique

A l’inverse, les  opposants  à l’élaboration d’une nouvelle constitution  peinent  à s’unir  comme  la plateforme politique ‘’ An Tè Abanna’’  l’avait  fait en 2017 lorsque feu Président Ibrahim Boubacar Keïta voulait réviser la constitution. Les détracteurs du projet de constitution vont en rang  dispersér et peinent à parler un même langage. Le cadre d’échange des groupements et des partis politiques pour le retour à l’ordre constitutionnel milite à part  pendant que  le collectif  ‘’ appelle du 20 février pour sauver le Mali’’ et le M5-RFP Malikura militent  dans l’isolement total. Malgré qu’ils dénoncent la campagne déguisée du gouvernement de transition  à travers la vulgarisation du projet de texte de constitution,  le manque d’union semble jouer à leur défaveur.  Le Président du parti Convergence  pour le Développement  du Mali, Housseini Amion Guindo, a appelé la semaine dernière  les opposants à la constitution à  se mettre ensemble pour former  le camp du ‘’ Non’’.  Son appel est pour l’instant tombé dans l’oreille du sourd tant aucune tendance politique opposée  à l’élaboration d’une nouvelle constitution n’a daigné le répondre.

Alors que les opposants au référendum constitutionnel sont butés sur la réussite du pari de l’union, ils sont également  confrontés au problème de ressources financières  très importantes dans les périodes électorales pour mobiliser.  Les partis prompts à mobiliser l’argent pour faire sortir les masses sont sevrés de l’aide financière que l’Etat apporte chaque année depuis 2018. A cause du manque de ressources,  certaines formations opposées au référendum cumulent les dettes.  Certains hauts cadres de ces partis font l’objet de poursuite judiciaire pour malversation financière. Faute de moyens, ils se contentent des communiqués de presse qui peinent à faire ces effets.

Pendant ce temps, le camp du ‘’ oui’’ remplit les places publiques, les salles spectacles et les amphithéâtres où des militants acquis à la cause du Colonel Assimi Goïta même si certains ignorent le contenu du texte.

 La laïcité en question

Le seul obstacle face au camp du oui est  la ligue des imams et érudits du Mali. Cette association religieuse opposée au maintien de la laïcité dans le texte multiplie les prêches dans les mosquées en faveur du non. Très organisée et très écoutée, LIMAMA se présente comme une candidate sérieuse en faveur du non tant elle joue d’une certaine crédibilité aux yeux de l’électorat malien. Les religieux  conditionnent  leur vote à la nouvelle constitution à l’introduction  du statut d’un ‘’Etat multiconfessionnel ‘’ en lieu et place d’un ‘’ Etat laïc’’.

Maliweb.net

Leave a reply