Propos de campagne/ La culture… hélas ! (Par Félix NZALE)

0
226

La campagne électorale arrive à son terme. Tout a été dit, rien n’a été dit. Nos candidats ont majoritairement laissé les Sénégalais sur leur faim de programmes-visions sérieusement élaborés.

En deux semaines de campagne, il y a un aspect essentiel qui n’a pas (ou très peu) été pris en compte : la culture. Élément vital d’une société dynamique, elle contribue à la réussite éducative, développe les capacités de réflexion critique et améliore l’apprentissage. Elle a été totalement passée sous silence.

Notre société est pourtant en crise parce que la culture est en crise. Et cette crise qui nous frappe est avant tout une crise de mots. Ce sont eux qui définissent le sens que nous donnons à nos perspectives et qui nous permettent de les construire ensemble. Or, leur fragilité actuelle remet en question notre capacité à nous parler. Comment élaborer une parole collective à la hauteur de notre ère, des contextes changeants et des enjeux ?  Vaste programme !

Au Sénégal, il y a longtemps que la confusion s’est établie entre ce qui relève de la culture et ce qui relève de certains aspects purement ludiques et récréatifs. D’ailleurs, c’est pour n’avoir pas compris que la culture c’est la vie avec la pensée que le Président Macky Sall, sitôt installé au pouvoir en 2012, a nommé Youssou Ndour à la station de ministre de la Culture.  Avant de s’en débarrasser rapidement sous la pression notamment de nombreuses autorités dont le Président Abdou Diouf qui ne voulait surtout pas voir le chanteur à la tête de ce département alors que le Sénégal accueillait – en 2014 –  le Sommet de la Francophonie. C’est dire que la culture est une affaire trop sérieuse pour être laissée à des défaillants intellectuels. Elle est le fondement de toute stratégie de développement et de construction des imaginaires.

Répétons-nous : la culture est en crise. Comment la soigner alors même que ce qui fonde notre capacité à dire notre monde et à penser nos trajectoires – le sens des mots – est affaiblie ? Des candidats à la présidentielle, les hommes de culture, des Arts et des Lettres s’attendaient à des points de vue.

Cela dit, fondre l’Education et la Culture en un ministère ne serait sans doute pas une idée saugrenue. En tout état de cause, il nous faudrait rapidement, dans la perspective du «Sénégal qui vient», réinventer la critique comme possibilité d’ébranler les discours convenus et les idées reçues. Cela passe par une nouvelle réflexion sur notre rapport aux mots et au langage. C’est un enjeu fondamental pour continuer à produire une pensée dynamique et critique et sortir d’une période de confusion générale du sens.

Leave a reply