Reconstruction de l’hôpital Aristide Le Dantec : un soupçon de nébuleuse sur l’assiette foncière

0
983

La reconstruction de l’Hôpital Aristide Le Dantec avec les  Espagnols déjà actée par l’Etat est partie pour changer qualitativement la carte des infrastructures sanitaires du Sénégal. Au-delà des griefs soulevés par le collectif pour la défense et la sauvegarde de l’hôpital, contre la réhabilitation de cette structure en hauteur, l’option de vendre les 3 ha dans une assiette de 6 ha, peine à passer. Elle embarrasse au plus haut point les spécialistes de la santé. Elle commence à prendre forme depuis des années des contours de nébuleuse qui ne dit pas son nom.

Quoiqu’il en soit la liquidation des trois ha, pour financer la reconstruction, accrédite davantage la thèse d’accaparement des terres prêtés depuis plus d’une décennie par les régimes qui se sont succédés.

Du moins si l’on se fie à cette boulimie foncière qui a longtemps été collée aux régimes libéraux qui ont dirigé le pays durant les deux premières décennies qui ont suivi l’Alternance en 2000. A tort ou à raison ?  Difficile en tout cas de le nier.

C’est en effet avec le gouvernement  du Président Abdoulaye Wade,   que l’idée de délocaliser l’Hôpital Aristide Le Dantec  a été envisagée avec la vente pure et simple de ce site de 6 hectares.

Et le mythique hôpital d’Afrique occidentale, créée  en 1912, n’est en réalité qu’une parcelle parmi le vaste programme de mettre une opa sur les quelques lieux publics souvent classés dans le patrimoine historique.

A son temps, le Lycée Lamine Guèye Ex-Van Vollenhoven nichée entre l’Assemblée nationale et le Camp Dial Diop, le premier lycée de Dakar était cité. Au même titre que la caserne des sapeurs-pompiers à Malick Sy, le stade Assane Diouf, les bases françaises à Bel-Air, le champ de tir de l’armée à Ouakam, l’emprise de l’aéroport Yoff.

Même le vieux cimetière «Bétoir»  sur la  Corniche plus que centenaire de Dakar, n’échappera pas à cette politique  de parcellisation, de vente de terrain voire de bradage qui obéit inévitablement à des besoins immobiliers.

Le Président Macky Sall, ancien Premier ministre et président de l’Assemblée nationale sous Wade, libéral comme Wade, est-il resté dans cette logique ?

C’est ce qui semble se dessiner avec l’Hôpital Le Dantec, que le chef de l’Etat avait cependant voulu, en 2014 lors de l’inauguration de l’unité de cardiologie, voir reconstruit et restitué aux Sénégalais et au personnel médical.

On relève que des promesses avaient été faites.  L’ambition était de donner à Le Dantec un standing de 4ème Génération en le dotant de plateaux médicaux haut de gamme et compétitif, d’apurer sa dette, d’assurer l’efficacité des subventions, de redéployer le personnel, d’harmoniser les salaires entre autres.

Omar DIAW

Leave a reply