Saint-louis-éducation dans la petite enfance : le Chef de l’État invité à en faire une priorité

0
366

Après l’élection du président de la République du Sénégal, son Excellence Bassirou Diomaye Faye, des voix se font entendre pour porter le combat pour une meilleure prise en charge de la petite enfance dans les domaines de l’éducation et de la santé.  A travers une lettre ouverte au nouveau pensionnaire du palais de la République Fa Diallo, fondatrice de l’Institut Académique des Bébés, présidente de l’association Boyam, la Maison des 1000 jours et par ailleurs présidente aussi de l’association Jappo pour la petite enfance a soutenu que « ce secteur est en souffrance extrême dans notre pays. Récemment, le président sortant a signé le décret réglementant les enfants de 0 à 3 ans après quatre années d’âpres luttes et plaidoyers, et au prix de vies de jeunes enfants. Ce secteur a comptabilisé des pertes en trois ans aussi bien dans le milieu hospitalier à cause de graves négligences que dans les structures de la petite enfance. Des dispositions préconisaient en 1990 de porter le taux de préscolarisation à 30 % en 2000. Or, à ce jour en 2024, ce taux s’affaisse à 18,64 % (ANPECTP) ».

Pour  Fa Diallo, les acteurs de la lutte de la petite enfance saluent les mesures clés que le président Bassirou Diomaye Faye prévoit pour le pays. Cependant, pour ce qi est de « construire des crèches », elle a évoqué que l’urgence de la petite enfance réside dans des aspects impérieux à prendre en charge et qui méritent toute votre attention. « La petite enfance exige un droit de regard et il est temps de la soigner par la formation en instaurant un personnel qualifié pour une meilleure prise en charge des jeunes enfants mais aussi pour un développement intégré de cette cible » ; a fait comprendre Fa Diallo. Et d’ajouter : « les expériences vécues dans la petite enfance ont un profond impact sur le développement du cerveau, ce qui affecte l’apprentissage, la santé, les comportements et, par finalité, les revenus ».

Pour la spécialiste de la petite enfance, des millions de jeunes enfants ne réalisent pas leur plein potentiel parce que leur développement est freiné par la malnutrition, un manque de stimulation et d’apprentissage précoces. Il est pour elle, essentiel de réaliser des investissements avisés dans le développement physique, cognitif, linguistique, social et émotionnel des jeunes enfants, dès avant la naissance et jusqu’à leur entrée au primaire, spécifiquement les mille premiers jours, pour les mettre sur la voie d’une plus grande prospérité et aider notre pays à devenir plus productif.

« Bonifiez les résultats de développement du Sénégal, notamment chez les familles pauvres, à travers des programmes de qualité à destination de la petite enfance pour aider les familles à offrir aux enfants des possibilités de stimulation et d’apprentissage précoces, dès la naissance, et la protection des enfants. Fertilisez le milieu rural par des solutions appropriées et améliorez l’économie sociale et solidaire », a-t-elle préconisé au Chef de l’État.

Pour de meilleurs résultats dans le domaine scolaire, elle a préconisé : « d instaurer des cantines scolaires et d’assurer au moins un repas équilibré par jour au jeune enfant. L’éducation inclusive est une solution favorable pour l’intégration de tous les enfants en milieu scolaire, aussi bien les jeunes enfants ordinaires que ceux porteurs de handicap. Cependant, leur prise en charge exigeante requiert une formation technique approfondie des enseignants ».

YVES TENDENG 

Leave a reply