Saint-Louis-phase ii du PADAER II : 18 jeunes de Matam, Kolda, Kédougou et Tambacounda formés en conduite et en maintenance des machines agricoles

0
346

Le Centre Sectoriel de Formation Professionnelle aux Métiers du Machinisme Agricole de Diama dans la région de Saint-Louis a abrité hier, vendredi 29 décembre, la cérémonie de clôture de la formation initiée dans le cadre de la seconde phase du Projet d’Appui au Développement de l’Agriculture et de l’Entrepreneuriat Riral (PADAER II). Ils sont au total 18 jeunes issus des régions de Matam, Kolda, Kédougou et Tambacounda ayant bénéficié d’une formation professionnelle en conduite et en maintenance des machines agricoles. Ces jeunes formés seront accompagnés dans leur insertion en milieu professionnel. Ce qui selon les initiateurs contribuera à combattre le phénomène de la migration irrégulière. Pour Boubacar Demba Kandé, l’un des jeunes bénéficiaires, « Cette formation nous sera très utile car elle nous permettra d’avoir une  qualification professionnelle et aussi de mieux gérer le matériel du GIE qui nous a choisi parmi tant d’autres jeunes pour la suivre ici au niveau du Centre de Formation Sectoriel aux Métiers du Machinisme Agricole. Cela nous permettra également en tant que jeune d’avoir un métier», a-t-il magnifié. Pour M. Papa Mamour Diop, Coordonnateur du Centre de Diama : « Nous nous réjouissons de notre partenariat avec la Fondation Cingenta. En effet, nous avons déjà formé 8 conducteurs qui sont déjà opérationnels. Et ce qui nous réjouit le plus, c’est que lorsque nous recevions ces jeunes, 15 des 18 ne savaient pas conduire un tracteur. Et à l’issue de cette formation, ils sont tous outillés pour conduire des tracteurs et faire les réglages des outils ». Et de poursuivre : « Nous envisageons en début 2024 continuer le partenariat pour faire le suivi et cette fois-ci, nous allons nous déplacer sur le terrain pour assurer l’accompagnement de ces jeunes. Nous en profiterons également pour faire le suivi de tout le matériel qui est mis à leur disposition ».

YVES TENDENG 

 

Leave a reply