Saint-Louis -pour une meilleure préservation de la biodiversité et la restauration des écosystèmes : 35 agents des aires protégées répartis entre le Sénégal et la Mauritanie formés sur l’utilisation des GPS et le pilotage des drones

0
168

Les responsables du Projet de Renforcement de la Coopération transfrontalière pour une meilleure gestion et restauration des écosystèmes dans le Delta du Fleuve Sénégal ont initié depuis le mardi 16 avril 2024 une formation de cinq (5) jours consacrée à l’utilisation des GPS et le pilotage des drones. Celle-ci est destinée aux agents des aires protégées et s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet qui concerne le Sénégal et la Mauritanie à travers la Réserve de Biosphère Transfrontière du Delta du Fleuve Sénégal (RBTDS). « Une réserve de biosphère, c’est un outil de conciliation, de développement, de l’économie, de l’environnement et de l’appui logistique. Cela se fait sur la base d’un zonage », a rappelé Mme Diop Aminata Sall, Coordonnatrice dudit projet. Elle est revenue sur l’importance de l’utilisation efficace des technologies qui améliore de nos jours la surveillance, la cartographie, et la collecte de données, permettant ainsi une gestion intégrée des écosystèmes. « Nous avons ciblé les agents qui tournent autour des aire protégées c’est-à-dire ceux qui conservent la biodiversité ou qui font de la restauration des écosystèmes. Ils sont au nombre de trente-cinq (35) répartis entre le Sénégal et la Mauritanie et la formation a porté sur l’utilisation des GPS et le pilotage des drones qui sont des outils vraiment importants de nos jours », a dit la Coordinatrice. D’après Mme Diop Aminata Sall, l’objectif général de ces sessions est de renforcer les capacités des parties prenantes de la RBTDS sur l’utilisation des GPS et des drones. Il s’agira ainsi de former les participants sur des aspects tels que l’utilisation des Technologies de Localisation pour la Gestion des ressources naturelles ; d’effectuer une surveillance aérienne et suivi des habitats naturels par l’utilisation des drones ; d’analyse des données pour la prise de décision sur la biodiversité et les écosystèmes. L’initiative est vivement magnifiée par Idrissa Ndiaye, agent des parcs nationaux en service au Parc National des Oiseaux du Djoudj et Sidy Mamadou Diawara, un autre agent originaire de la République de Mauritanie. Tous les deux sont revenus sur l’intérêt qu’ils portent sur cette formation. « Le monde évolue et les nouvelles technologies sont incontournables. Ces outils que sont le GPS et le drone vont beaucoup nous aider dans la gestion de nos aires protégées, la préservation de la biodiversité et la restauration de nos écosystèmes », ont-ils laissé entendre. D’autres séances de formation et des descentes sur le terrain sont au programme de la mise en œuvre de ce projet. Désigné en 2005, la RBTDS couvre 641.768 hectares du delta du Sénégal et englobe un ensemble d’aires protégées centrales, ainsi que des zones tampons et de transition. Elle a été établie comme un moyen d’intégrer les considérations environnementales, sociales et économiques tout en conciliant la conservation de la biodiversité et l’utilisation durable des ressources naturelles sur le long terme.

YVES TENDENG 

Leave a reply