Progrès du Sénégal en matière de santé publique : une mortalité infantile largement en baisse

0
163

Au cours des deux dernières décennies, le Sénégal a progressé en matière de santé plus rapidement que nombre de ses voisins grâce à un leadership fort et à des approches novatrices menées par le Ministère de la Santé et de l’Action sociale.   Ce constant est d’ Exemplars in Global Health, une coalition mondiale de partenaires de recherche qui étudient les réussites en matière de santé publique à travers le monde.

Les conclusions qui ressortent de ces recherches au Sénégal renseignent que sur la mortalité des moins de 5ans, les enfants sénégalais ont plus de chances de survivre au-delà de l’âge de cinq ans que jamais auparavant. Ce qui leur conduit à dire que la mortalité des moins de cinq ans a diminué de 70 % en 20 ans. « L’un des facteurs ayant considérablement amélioré la couverture de la vaccination et d’autres services de santé infantile était la mise à disposition de services là où les communautés se rassemblent » a relevé Exemplars in Global Health.   Sur la mortalité néonatale et maternelle et l’anémie chez les femmes en âge de procréer, l’étude ressort que les femmes au Sénégal vivent plus longtemps et plus sainement grâce aux efforts du pays pour accroître l’accès à la planification familiale et réduire les décès maternels et l’anémie chez les femmes en âge de procréer.  « La réduction des obstacles financiers aux soins de santé maternelle, les investissements dans l’éducation des filles, la formation des infirmières et des sages-femmes, ainsi que l’augmentation de l’accès aux contraceptifs, sont quelques-unes des actions clés entreprises » fait-elle savoir.     Quant au retard de croissance, le Sénégal présente l’un des taux les plus bas en Afrique de l’Ouest, l’étude estime que « le pays a démontré un engagement politique distinct envers la nutrition, le plaçant parmi les rares pays à avoir élevé la nutrition au-delà du Ministère de la Santé afin de garantir une plus grande visibilité et coordination »

 

DENISE ZAROUR MEDANG

Leave a reply