Saint-Louis –relogement des populations déplacées de la langue de barbarie : 267 logements définitifs livrés, avant la fin de l’année

0
609

Le budget annuel du Projet de Relèvement d’Urgence et de Résilience (SERRP) pour l’exercice de l’année 2023 a été validé hier, jeudi 23 février et s’élève à 16 428 479 365 FCFA. Le Comité Régional de Pilotage l’a validé à l’unanimité après avoir évalué positivement le travail abattu en 2022 dans le cadre de ce projet qui avance à grands pas, selon sa coordonnatrice Mme Marie Ndaw. Elle annonce la fin des travaux de construction de 267 logements définitifs d’ici le mois d’Octobre prochain pour reloger les populations déplacées de la Langue de Barbarie.

Ce sont au total 267 logements définitifs qui seront livrés avant la fin de l’année 2023 aux populations impactées par l’érosion côtière, à en croire Mme Marie Ndaw, Directrice Technique de l’Agence de Développement Municipal (ADM) par ailleurs Coordonnatrice du Projet de Relèvement d’Urgence et de Résilience à Saint-Louis (SERRP). Il s’agit des populations déplacées de la Langue de Barbarie et qui sont relogées au niveau du site de Diougop dans la commune de Gandon. « Ce sont des bâtiments évolutifs qui seront livrés aux populations sinistrées. Ces dernières pourront les modifier plus tard, si le besoin se fait sentir. Aujourd’hui, les travaux d’aménagement de ce site ont été exécutés à 94% », a-t-elle fait savoir. Selon l’adjointe au Gouverneur de Saint-Louis chargée des affaires administratives en l’occurrence Mme Fatou Mocktar Fall Faye, qui a présidé la rencontre du Comité régional de pilotage de ce projet SERRP, « le budget annuel pour l’exercice 2023 dudit projet a été validé à l’unanimité et s’élève à hauteur de  16 428 479 365 FCFA. » Cependant, les travaux de mise en place des réseaux électriques, d’eau potable, d’évacuation des eaux usées et pluviales, seront également bouclés avant la fin de l’année 2023, selon la Coordonnatrice du SERRP.  « Nous avons prévu aussi sur ce site des travaux d’aménagement d’un marché, d’un poste de santé, d’un centre socioéducatif, d’une mosquée et d’une école primaire », a dit Mme Marie Ndaw. Des travaux qui avancent à grands pas, s’est réjouie l’autorité administrative. Pour rappel, ces nouveaux logements  serviront à reloger de manière définitive les populations sinistrées qui jusqu’ici vivent  depuis trois ans, au niveau de ce site de Diougop dans des unités mobiles d’habitations, recouvertes de bâches.

YVES TENDENG 

Leave a reply