Saly-Portudal-régulation économique du transport aérien en Afrique : une possibilité de croissance de 40% en 2038

0
231

Un atelier sur la régulation économique du transport aérien en Afrique se tient depuis hier, à Saly-Portudal, sous la direction de La Commission Africaine de l’Aviation Civile (Cafac) en partenariat avec le Bureau sous régional de l’Afrique de l’Ouest et du Centre de l’Organisation de l’aviation civile internationale (Oaci) pour prendre fin le 26 août 2022. Nika Mèhéza Manzi, le Directeur régional adjoint du Bureau sous-régional de l’Afrique de l’Ouest et du Centre de l’Oaci (Organisation africaine de l’aviation civile) a souligné : « ces défis pourraient affecter la mise en œuvre réussie de la zone de libre-échange continentale africaine (African continental free area) et du projet de marché unique du transport aérien en Afrique (Mutaa), qui font partie de l’Agenda 2063 de l’Union africaine ».

Madame Angeline Simana, Secrétaire Générale par intérim de la Cafac considère le chemin adéquat pour l’atteinte des objectifs, la mise en place d’un cadre réglementaire de surveillance économique solide avec des ressources humaines qualifiées et compétentes. A l’en croire, une étude réalisée en 2019 soutient que la réalisation du Marché unique du transport aérien africain va permettre d’atteindre une augmentation moyenne de 40 % du trafic d’ici 2038.L’atelier sur la réglementation économique est attendu pour participer à la sensibilisation par les Etats et les Communautés Economiques Régionales pour la rédaction du modèle de réglementation économique par rapport aux normes de l’Oaci. La rencontre de Saly se présente comme une opportunité pour le renforcement des capacités des experts des Etats membres.

Elle va permettre d’accroître les connaissances et la sensibilisation aux politiques et aux documents d’orientation de l’Oaci. L’atelier va également donner l’occasion de recueillir des informations sur les capacités et le statut des Etats dans le domaine de la réglementation économique et de la surveillance du transport aérien. L’atelier regroupe des représentants des ministères des Transports aériens ou des autorités de l’aviation civile de 25 pays africains, des membres des Communautés économiques régionales, des compagnies aériennes, des Experts en charge de la réglementation du transport aérien de l’Union Africaine, de l’Oaci et de de la Cafac.

Selon une note de présentation ‘’L’absence de réglementation économique dans de nombreux Etats africains a conduit à une faible surveillance économique, ce qui représente un défi pour le développement durable du transport aérien en Afrique. Ceci, combiné au manque d’harmonisation des réglementations existantes, a entre autres contribué à une industrie du transport aérien sous-développée, à une mauvaise connectivité, à des coûts d’exploitation élevés et à un coût élevé du transport aérien.’’

SAMBA NIEBE BA

 

Leave a reply