TER : une catastrophe ferroviaire évitée de justesse

0
588

On a frôlé le pire hier, lundi 9 mai 2022, avec le vol de câbles de signalisation qui relie le Train express régional (TER) et Centre opérationnel de Colobane. Des individus non encore identifié ont fait intrusion sur la plateforme du TER, la nuit de dimanche à lundi, en faisant sauter le grillage de protection ou de sécurité pour se frayer des passages et accéder sur l’emprise du TER. Ils ont déterré près de 60 mètres de câbles qu’ils ont sectionnés et emportés. Une plainte a été déposée contre X par l’APIX, pour mettre la lumière sur cet acte qualifié de «criminel».

S’agit-il d’acte de vandalisme, de vol ou même de sabotage ? Les langues se délient sur cette rocambolesque affaire du vol de câbles sur la plateforme du Train express régional (TER), précisément dans la forêt de Mbao. Les responsables du TER ont été alerté par les gendarmes en faction sur l’emprise du TER du forfait qui s’est produit dans la nuit du dimanche 8 à lundi 9 mai 2022. Plusieurs endroits du grillage de protection ont été endommagés par des malfaiteurs pour accéder sur la plateforme. Ils ont sectionné sur une distance de 60 mètre le câble de signalisation du TER, interrompant  le contact avec les conducteurs du TER et le Centre opérationnel  (COF) de Colobane. C’est le lendemain que les techniciens ont constaté qu’il y a «interruption de communication sur l’axe Petit-Mbao sur PK 18460» car le TER fonctionne de 06h à 22h. Et de 22h au lendemain il n’y a pas de fonctionnement hormis des interventions techniques.

«Nous sommes présentement sur la plateforme du TER, le long du tracé, avec des opérations de sécurisation de l’équipe qui est là. Nous sommes donc sous contrôle des équipes de la SETER et de l’APIX. Le TER consacre des œuvres d’ouverture de 6h du matin à 22h. Et de 22h jusqu’au lendemain il n’y a pas de fonctionnement du TER à part des interventions sur le chantier. Hier soir (dimanche nuit, ndlr), en dehors des heures de fonctionnement, il y eu une intrusion sur la plateforme avec des actes de vandalisme et d’incivisme qui ont entrainé des vols de câbles enterrés. Donc ceux qui ont commis ce forfait connaissent très bien qu’ils ont accès à des câbles basse tension, c’est des câbles de signalisation. Ils ont pu déterrer les câbles, ils ont pu tirer des mous de 60 mètres de câbles, ils ont procédé au sectionnement. Nous avons en face de nous un câble d’une paire de 14, une paire de 28 mais aussi une paire de 2 fois câbles… C’est ce matin, à la reprise des travaux que le système de supervision, de signalisation et de sécurité du TER a constaté l’absence de signal sur les capteurs qui détectent la présence du train sur les cantonnements. Et pour des raisons de sécurité nous avons procédé à l’opération d’analyse et d’identification de la panne, et tout de suite, on a localisé la position du compteur d’essieu impacté. Des équipes se sont rendues sur les lieux ; on a constatés les dégâts que vous voyez ici. Parce que le train partout où il se trouve, il est détecté et les informations remontées à Colobane», a expliqué le Directeur général de l’Apix, Mountaga Sy, sur les lieux, dans la forêt classée de Mbao.

UN ACTE CRIMINEL ET UNE PLAINTE DEPOSEE CONTRE X

Le DG de l’APIX, dans tous ses états, annonce une plainte contre X. Non sans dénoncer cet acte qu’il qualifie de criminel, puisqu’une catastrophe ferroviaire a été évité de justesse ; il est d’avis que ceux qui l’ont commis sont conscients de leurs forfaits parce qu’ils n’ont pas touché aux câbles haute tension. «C’est un acte de vandalisme, c’est un acte d’incivisme. C’est des actes extrêmement dangereux qu’on peut qualifier d’actes criminels. Nous avons porté plainte contre X pour mettre aux arrêts les acteurs de ce forfait. L’Etat ne sera pas faible, c’est un acte de danger. Cela pourrait causer un accident ferroviaire pour un train très prisé par des Sénégalais. Une catastrophe ferroviaire pouvait se produire, les auteurs sont conscients de leur acte. C’est l’incident majeure de risque de  catastrophe ferroviaire qui a été évité de justesse parce qu’on a un dispositif de surveillance performant», déclare-t-il, revenant sur le film du vol.

Et le Dg de l’APIX de poursuivre que, pour ne pas trop subir les impairs de cette situation ils ont trouvé une alternative pour ne pas arrêter le service. Ainsi, sur la voie endommagée, il y a eu un fonctionnement au ralenti sur cette zone ; sur un linéaire de 1 km, le train roule à une vitesse de 30 km à l’heure. Donc le service continue, avec un retard de 30 minutes, même si la circulation est normale en dehors de la zone impactée. «Sur 1 km dans cette zone, le train roule à 30 km/h, pour continuer le service le temps que nous puissions réparer. Nous allons réparer cette nuit et reprendre le service demain (ce mardi, ndlr).»

«15.000 SENEGALAIS N’ONT PAS PU SE RENDRE A LEUR LIEU DE TRAVAIL…»

 

Revenants sur les risques le Dg de l’APIX d’indiquer : «les risques c’est des accidents d’une part, risques de fonctionnement d’autres parts et des risques d’électrocution. Le TER, c’est tout un système, les auteurs pouvaient perdre la vie. Vous, avant d’accéder à la plateforme, vous avez attendu 2 heures, le temps de sécuriser tout. Personne ne doit accéder à la plateforme, dehors des gendarmes ou des travailleurs. Les conséquences sont dramatiques et il est important de dire aux sénégalais que ce projet a aujourd’hui démontrer sa pertinence de transport urbain dans la région de Dakar ; ce projet qui a un niveau d’affluence, que les sénégalais ont épousé ce projet. D’ailleurs 5,5 millions de personnes ont emprunté le train et que des sénégalais avaient abandonné leurs véhicules pour le TER. Aujourd’hui 15.000 sénégalais n’ont pas pu se rendre à leur lieu de travail ce matin, à cause de cet incident et cela pouvait encore être beaucoup plus grave», a laissé entendre Mountaga SY.

Et d’insister sur la sensibilisation. «Il y 238 gendarmes qui surveillent le TER. Le TER c’est 36 km, on ne peut pas poster un gendarme sur chaque mettre, ça fera 36.000 gendarmes. Le TER, c’est la sensibilisation, la conscience, l’éducation et le civisme qui l’assurent. Le combat, c’est le combat de toute la population qui doit refuser ce genre d’actes. Je ne sais pas pourquoi ils l’ont fait et quelle est leur intention. Ce n’est pas l’importance et la valeur marchande de 60 mètres de câbles qui les a poussés à venir ici».

Moussa THIAM et ID

Leave a reply