UCG – Des jeunes du programme « Xeyu Ndaw Yi » déplorent des coupes abusives de salaires, le Coordonnateur national « recadre »

4
2443

Coupe abusive de la modique somme de 105.000 francs cfa représentant le salaire mensuel, non disponibilité de la copie du contrat de prestataire signé depuis septembre 2021. Telles sont les complaintes des agents de propreté recrutés dans le cadre du programme « Xeyu Ndaw Yi » et affectés à l’Unité de Coordination de la Gestion des déchets solides (UCG). Joint au téléphone par la rédaction de Sudquotidien.sn, le Coordonnateur national de l’UCG, Mass Thiam recadre ces derniers, exemplaire du contrat de prestataire de service à l’appui.

Grogne en sourdine à l’Unité de Coordination de la Gestion des déchets solides (UCG), provenant plus exactement des agents de propreté recrutés à l’UCG, dans le cadre du programme d’emploi des jeunes « Xeyu Ndaw Yi » initié par le chef de l’État, Macky Sall. Ils crient au scandale concernant leur traitement salarial. Certains d’entre eux ont contacté la rédaction de Sudquotidien.sn pour fustiger des coupes anormales de salaires.

Ces derniers qui ont requis l’anonymat, par peur de représailles, expliquent que sur le contrat qu’ils ont signé, il était prévu un salaire mensuel de 105.000 francs CFA, sur lequel il y aura une déduction de 5.000 francs CFA à reverser aux impôts. Ils déplorent cependant qu’à la fin de chaque mois, ils se retrouvent avec seulement 86.000 francs CFA, sous prétexte que la somme déduite correspond aux jours non travaillés, à savoir les dimanches. Comme s’ils ne devaient pas disposer chacun d’un jour de repos par semaine !

Ne s’en limitant pas là, ces agents de la propreté orientés à l’UGC pensent qu’il y a anguille sous roche dans la mesure où, non seulement il ne leur était pas permis de comprendre ce qui se trouve dans les contrats au moment de la signature faite lors d’une cérémonie officielle en septembre 2021 ; mais aussi que les copies promises  ne sont toujours pas disponibles. Par conséquent, ils déplorent un mauvais traitement de la part du Coordonnateur national de l’UCG, non sans le soupçonner de détournement de leurs salaires à d’autres fins.

« Le principe est qu’on ne rémunére que les jours effectivement travaillés », Mass Thiam, Coordonnateur national UCG

La réponse du Coordonnateur national de l’UCG, l’une des structures de l’État à avoir absorbé le plus de jeunes dans le cadre du programme « Xeyu Ndaw Yi » (environ 10.000 sur le territoire national), ne s’est pas faite attendre. Joint par nos soins, Mass Thiam confirme le traitement salarial évoqué par les agents « grogneurs », non sans apporter des précisions sur les clauses.

« En conformité avec l’article 7 du contrat nous avons adapté le programme Xeyu Ndaw Yi pour tenir compte de la spécificité des métiers de la propreté qui nécessitent une présence quotidienne au travail. A défaut, les prestations ne seront pas rendues. C’est pour cela que le montant exprimé correspond à 30 jours de prestations effectives, donc de présence effective aussi. Donc pour faire simple, l’agent qui travaille 30 jours aura 100 000 francs, celui qui fait 15 jours aura 50.000 francs et celui qui fait 10 jours aura 33 333 francs CFA », rétorque M. Thiam. Il explique avoir respecté les dispositions de l’article 7 du contrat de prestation de services.

Dans l’exemplaire qu’il nous a envoyé, il est en effet stipulé à l’article 7  : « Le taux de rémunération des prestations de services est de trois mille trois cent trente-trois et trente-trois centimes (3 333,33) francs CFA net  par jour effectivement travaillé. En contrepartie de la réalisation des prestations définies à l’article 2 du présent contrat, l’UCG versera, au prestataire un montant brut de cent cinq mille deux cent soixante-trois (105263) francs CFA déduction faite au titre des 5% de retenue pour BRS en application de l’article 133 du code général des impôts soit un montant mensuel net de cent mille (100 000) francs CFA pour 30 jours effectivement travaillés. »

Réfutant par ailleurs l’argument du flou entretenu autour du système de paiement, qu’il appelle « indemnité mensuelle », Mass Thiam informe avoir « largement communiqué sur ce système de rémunération qui s’appliquait à l’UCG bien avant le programme « Xeyu Ndaw Yi ».

Quid alors du repos hebdomadaire des agents ? Sur ce point, le Coordonnateur de l’UCG explique que « les agents sont libres de se fixer un jour de repos vu qu’il s’agit d’un contrat de prestation de services, le principe étant qu’on ne rémunère que les jours effectivement travaillés ». Plus précis, il dira que « pour rester imagé, la propreté étant un travail exigeant une présence physique, on ne peut se permettre de payer des salaires fixes pour ensuite courir derrière d’éventuels absentéistes et pendant ce temps les ordures n’attendent pas ».

Toutefois, M. Thiam reconnaît des retards dans la transmission des copies des contrats aux signataires après émargement des deux parties. Il informe avoir « établi un planning de tournées pour remettre à chacun des agents du programme Xeyu ndaw Yi son contrat ». Il fait toutefois remarquer qu’il n’est pas facile de faire parvenir les informations à tous les agents, au regard de leur nombre.

À noter par ailleurs qu’une note de service circule présentement pour informer les agents que les absences lors de la fête de Korité ne seront déflaqués qu’à la fin du mois de mai, étant entendu que les indemnités mensuelles d’avril seront payées par anticipation.

Jean Michel DIATTA

4 comments

  1. Mame mor Sow 16 mai, 2022 at 07:44 Répondre

    Bonjour 🙏 monsieur je m’appelle Mame mor Sow, je suis handicapé et je ne veux pas tendre la main dans la rue c’est pour cela je cherche du boulot. Raison pour laquelle je vous envoie mon inscription pour travailler dans l’UCG pour le matin (nocturne)car je suis handicapé pour ma sécurité 🙏 voici mon contact 777890487

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :