Yacine Messaoudi coach du Sénégal : «Une victoire du handball sénégalais dans sa globalité»

0
379

«Heureux d’avoir atteint le tour prochain tour principal. Cela récompense nos deux premiers matchs qui étaient de très hauts niveaux. On savait que l’équipe chinoise n’allait pas lâcher. Nous, on a fait un premier mi-temps très médiocre. Il y a eu beaucoup de stress. Entre le stress, la fatigue et le non-respect du projet que l’on avait mis en place, nous a mis en difficulté. Mais, en deuxième mi-temps, on a su rectifier le tir, user cette équipe, provoquer des pertes de balles adverses et surtout finir très forts avec un dernier quart d’heure. On est très heureux»

«On a su se libérer à partir de la 2e mi-temps»

«On a fait une entame catastrophique. Encore une fois on n’a pas mis assez d’ingrédients de la meilleure façon. L’enjeu est extrêmement important pour toute l’équipe et cela nous a inhibé. On n’a pas mis suffisamment de rythme, d’engagement. On a déjoué et on ne s’est pas reconnus. Il a fallu se reconnecter à la mi-temps. On s’est dits les choses dans les yeux et repartir du bon pied. La pression était très forte. On a su se libérer à partir de la 2e mi-temps, avec un projet plus fluide, plus d’efficacité au-dessous, avec plus de relations avec les pivots, en s’appuyant sur une grosse défense. On est heureux que le handball sénégalais soit au tour principal de la Coupe du monde».

«Pour moi, c’est une grosse fierté après cette qualification. J’aime le handball. C’est aussi l’héritage des prédécesseurs notamment Fred Bougeant, le président Seydou Diouf, Cherif Ndiaye et toute la Fédération qui travaille d’arrache-pied pour nous permettre de vivre ce moment-là. Aujourd’hui, C’est surtout la victoire du handball sénégalais dans sa globalité et surtout son histoire».

«On ne se fixe pas de limites»

«Il faut maintenant évaluer l’effectif qui a beaucoup donné. Il y a des filles qui sont sur les rotules. C’est le cas de Doungou Camara qui joue avec quelques bobos. Soukeyna Sagna qui n’a pas pu finir le match et il faut diagnostiquer sa blessure.   Le premier élément, c’est la récupération. Ensuite se préparer à trois grands combats. Le Monténégro et toutes les équipes européennes que l’on connait bien. Le Cameroun, l’équipe africaine qu’on connait bien. On s’attend à un gros combat. On ne se fixe pas de limites. L’équipe a montré lors de la première phase qu’elle est capable de rivaliser. La meilleure joueuse du match est sénégalaise. C’est une grosse fierté. On a beaucoup travaillé. Il y a le respect de la place de chacun, l’envie de se mettre au service de l’intérêt général. Même s’il y a des joueuses qui sortent du lot, il y a tout un collectif qui travaille derrière.  C’est vraiment un plaisir d’avoir un groupe avec cette dynamique».

Omar DIAW

Leave a reply