Au Soudan, Lavrov défend les opérations de Wagner en Afrique

0
698

En visite au Soudan, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a défendu jeudi les opérations du groupe paramilitaire Wagner en Afrique, « déployé à la demande des gouvernements » et « contribuant à normaliser la situation dans la région » face à la menace « terroriste ».

Le groupe privé russe est « déployé sur la demande directe des gouvernements », a déclaré M. Lavrov, citant notamment la « Centrafrique », pays considéré comme le laboratoire de Wagner sur le continent africain, avant qu’il ne s’intéresse à d’autres pays, comme le Mali et le Burkina Faso.

Ce groupe paramilitaire fondé en 2014, aux agissements décriés et considéré par les Etats-Unis comme une organisation terroriste internationale, s’est imposé comme un acteur majeur du conflit en Ukraine. Ses mercenaires ont également été aperçus en Syrie et en Libye.

Les Etats-Unis qui essayent depuis plusieurs années de contrecarrer l’influence russe en Afrique accusent le groupe Wagner de « commettre des violations des droits humains et d’extorquer les ressources naturelles en Afrique ». En 2020, Washington a imposé des sanctions à M-Invest, société russe accusée de servir de « couverture » pour les activités des mercenaires de la société Wagner au Soudan.

Selon le Trésor américain, l’entreprise a obtenu en 2017, sous le règne du dictateur Omar el-Béchir, « des accords de concession pour explorer les ressources en or » du Soudan. Le Soudan dément de son côté la présence du groupe de sécurité russe sur son sol.

La visite de 48 heures de M. Lavrov au Soudan, dernière étape d’une tournée africaine, après le Mali et la Mauritanie, s’inscrit dans la volonté de Moscou de renforcer son influence en Afrique, tandis que les Occidentaux se mobilisent pour isoler le pays depuis l’invasion de l’Ukraine en février 2022.

Arrivé tard mercredi à Khartoum, M. Lavrov a rencontré jeudi le général Abdel Fattah el-Burhane, chef de facto du Soudan, son adjoint le général Mohammed Hamdan Daglo, patron des très redoutés paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) et le ministre des Affaires étrangères par intérim Ali al-Sadiq.

A l’issue de cette rencontre, le ministre russe a déclaré devant des journalistes qu’il soutenait les efforts du Soudan, pays enlisé dans une profonde crise économique et politique, pour mettre fin aux sanctions qui lui sont imposées par l’ONU.

Khartoum est sous le coup d’une série de sanctions et d’un embargo sur les armes, imposés en 2005 par l’ONU pendant le conflit sanglant du Darfour, dans l’ouest du pays. L’économie de ce grand pays d’Afrique de l’Est, l’un des plus pauvres du monde, a été rendue exsangue par des années de sanctions économiques américaines sous le règne de M. Béchir.

La transition démocratique post-Béchir a offert un espoir: en 2020, Washington a retiré le Soudan de sa liste des pays soutenant le terrorisme et l’aide internationale est revenue mais le coup d’Etat mené le 25 octobre 2021 par le chef de l’armée, le général Abdel Fattah el-Burhane, a interrompu cette transition et l’octroi de cette aide, qui ne reprendra que si les civils retrouvent le pouvoir, préviennent les bailleurs.

Leave a reply