Actions humanitaires au service de leur communauté : ces grands sportifs au «grand cœur»

0
970

Déjà au Panthéon dans leur domaine d’activité qui est le sport, Sadio Mané, Gorgui Sy Dieng sont devenus des champions de l’humanitaire et du social. En dotant leurs localités de structures hospitalières, ces deux stars sénégalaises sont sorties du lot. Ces réalisations ne sont qu’un retour d’ascenseur pour une société qui leur a couvé, formé et porté vers le sommet. C’est aussi un défi lancé à leurs compatriotes qui évoluent dans les hautes sphères du sport mondial. Loin des parquets, des pelouses, des sautoirs ou autres gymnases, ils sont toutefois légions tous ces sportifs «au grand cœur» qui se sont illustrés, ces dernières années, par des actions humanitaires de premier plan au profit de leurs communautés.

Gorgui Sy Dieng, un beau champion de l’humanitaire

«Sur ce projet, j’ai parlé avec plusieurs partenaires et la mairie aussi. Je n’attends rien en retour, je veux que mon exemple serve aux autres à participer dans le développement du pays sans toujours attendre l’Etat».

Ses quelques mots prononcés le dimanche 14 août dernier, lors de la pose de la première pierre de l’hôpital de Kébémer sont assez indicatifs de l’engagement Gorgui Sy Dieng.

Plus que sur les parquets de la NBA et sous les couleurs de l’équipe du Sénégal de basket, c’est bien dans le social et l’humanitaire que l’international sénégalais de basket continue de s’illustrer. Un domaine dans lequel, il est devenu depuis quelques années, un beau champion au regard de toutes les actions d’envergure qu’il n’a cessé de déployer à travers la fondation qui porte son nom. La structure hospitalière qui sera mise à la disposition des populations en février 2023 d’un coût de 4 milliards, n’est en effet que le dernier acte posé par le pivot des Lions du basket, par le biais de sa Fondation. Il avait  déjà démarré ses activités sociales par le centre de santé de Kébémer qu’il a équipé à hauteur de 250 millions de FCFA, l’hôpital principal de Dakar où il a offert en 2017, huit machines d’hémodialyses.  Mais aussi dans l’hôpital pour enfants à la structure sanitaire du département de Diamniadio. Ce, avec des équipements médicaux destinés à renforcer l’offre en soins au service d’urgence pédiatrique accueillant les bébés prématurés du département de Rufisque. Sans occulter le volet sportif du tournoi national qu’il a financé aux bénéfices de 400 jeunes basketteurs présents à Dakar. Autant d’actions qui illustrent éloquemment l’engagement du pivot des Lions,  soucieux de renvoyer l’ascenseur à la société qui l’a vue grandir et largement contribuée à sa formation, à sa réussite  et à l’éclosion de sa carrière international. «Tout ce que j’ai, je le dois au sport et à l’éducation parce que j’ai fait tout mon cursus et eu tous mes diplômes sans débourser le moindre franc. Je veux aider les jeunes à avoir les mêmes opportunités», indiquait-il au lendemain du don offert aux malades hémodialysés de l’hôpital Principal. Des propos qui sonnent encore comme un défi ou un appel lancé aux grands sportifs.

Sadio Mané, un exemple achevé du sportif engagé

Il n’en manque pas ces champions au «Grand cœur» qui se sont montrés aussi charitables envers leurs communautés. Des personnalités sportives qui, à travers une fondation ou tout simplement par leurs implications personnelles, n’ont pas manquer de sortir le chéquier et de financier la construction d’écoles, d’édifices religieuses ou d’infrastructures hospitalières dans leurs localités.  A ce titre, le footballeur international, Sadio Mané reste l’un des modèles achevés du sportif engagé pour la communauté nationale et pour sa localité.

L’audience que le président Macky Sall avait accordée à l’enfant de Bambaly, Sadio Mané et  Diao Baldé Keita, a  d’ailleurs été  hautement symbolique. Il témoignait de  l’attachement du double Ballon d’or africain pour sa localité qui l’a vu naître. Après un lycée moderne financé à hauteur de 150 millions de FCfa, hôpital à Bambali, dans le département de Sédhiou,  la star sénégalaise a annoncé au mois d’avril 2019, un hôpital qui prendra en charge les besoins sanitaires des populations non seulement de Bambali, localité où il est né et grandi. Diao Baldé Keïta, on le rappelle,  s’était inscrit dans la même dynamique que le Double ballon d’Or sénégalais en offrant aux enfants de Vélingara une école. Loin des pelouses, des parquets, des sautoirs ou encore des pistes d’athlétisme, ils sont légions ces  sportifs sénégalais qui ont inscrit leur action dans du marbre.  Si la liste est loin d’être exhaustive, certaines personnalités sportives, sortent du lot.

Kabir Péne, l’illustre ambassadeur du sport thiessois

Dans la catégorie de ses sportifs «au grand cœur», l’engagement de l’ancien meneur des Lions du basket des années 2000, Mouhamadou Kabir Pène  avec l’Association Ya thi’Breizh (Espoir en wolof «Yaakaar»; Thiès, sa localité et la Bretagne, sa région d’adoption est très illustrative. Après ses prouesses techniques sur les parquets du Sénégal (Us Rail, Us Gorée), El Kabir Pène s’est distingué dans l’humanitaire. Au sein de son club Rennes Basket, lancé en 2014, le Thiessois a réussi un excellent relais de coopération sportive aussi bien matière de santé, d’éducation et environnement. Comme l’illustre l’organisation d’un camp de basketball à Thiès et la distribution de matériels médicaux, scolaires à hauteur de centaines de millions de FCFA collectés annuellement aux bénéfices d’établissements scolaires et des hôpitaux non seulement destinés à la cité du Rail mais aussi dans des localités comme Kolda, Fatick ou à Gandiol.

 Dans cette catégorie des champions au «grand cœur», le don de 6 562 489, il  y a quelques années de Kalidou Koulibaly  pour un adolescent sénégalais du nom de Cheikh Ndiaye défiguré par des brûlures et arrivé en urgence de Naples en provenance du Sénégal afin de subir une double intervention, est resté dans le mémoire. Touché par la situation du jeune homme, Koulibaly (27 ans) avait apporté trois maillots, dont un floqué à son nom. Il en avait profité pour donner un chèque de 10.000 euros à la maman de Cheikh Ndiaye pour assurer les frais médicaux.

Au sommet de leur carrière, d’autres vedettes de l’équipe nationale sont restées dans le même sillage avec des investissements significatifs pour leur communauté

On peut citer l’international sénégalais Moussa Sow qui aura également laissé des traces dans son village d’origine de ses parents d’Agnam Thiodaye (département de Matam). Mais aussi gagné le respect de toute une localité en participant, à coup de plusieurs millions de francs Cfa, à la mise sur pied du forage de Thiodaye en vue d’atténuer la difficulté. Son ancien partenaire en équipe nationale Demba Ba se faisait remarquer  par son implication dans l’action sociale en érigeant en 2014  Dondou, village d’origine de ses parents au Fouta (Région de Saint Louis) une nouvelle Mosquée de Nasrullah estimée à plusieurs dizaines de millions de FCFA. Alors en activités à Londres, il n’avait pas hésité à organiser un grand gala de charité en partenariat avec Human Appeal pour la collecte de fonds pour les enfants de l’Association Empire des enfants au Sénégal.

Non moins cadres de l’équipe nationale d’alors, leur coéquipier Papiss Demba Cissé n’était pas en reste avec une ambulance offerte, une centaine de médicaments ainsi que le financement pour la reconstruction d’une mosquée qui était dans un état très délabré. Dans le lot des bienfaiteurs, il est difficile de ne pas évoquer le projet d’envergure de l’ancien international sénégalais, Alassane Ndour à travers la mise en place de l’association «Marmites du cœur» dont le but  était de sillonner avec la caravane ‘’Ndogu pour tous’’, des quartiers de Dakar.

 

Toujours dans le même ordre, son ancien coéquipier Salif Diao de la même «Génération 2002», portait avec son association «Sport 4 Charity»,  la promotion des valeurs de patriotisme et de solidarité  avec la réalisation d’un centre socio-éducatif de Kédougou et d’autres infrastructures sportives de même nature au Sénégal. Son action était concrétisée par  la remise symbolique d’un don d’équipements sportifs d’une valeur de 85 millions de francs Cfa à des écoles de foot, des lutteurs, aux ministères de la Jeunesse, des Sports et des Forces armées.

 

A ces footballeurs d’autres sportifs et non moins avait suivi la mouvance. C’est le cas de la judokate Hortanse Diédhiou avec son lot de vêtements et de vivres à l’orphelinat d’Oussouye en 2014. Ou encore du spécialiste du 400 m haies, Mamadou Kassé Hann qui avait lancé en 2014 le « Family Day ». Un projet qui vise la promotion du concept sport-études et la récompense des meilleurs élèves des établissements scolaires de sa ville de Rufisque. Sans occulter Gnima Faye.

Omar DIAW

Leave a reply