Affaire Astou Sokhna : les réactions se multiplient, même du coté des journalistes

0
306

ADJA FAYE, JOURNALISTE, MEMBRE DU COLLECTIF DES JOURNALISTES SORTANT DES ÉCOLES PRIVÉES (COJSEP)

«En ce 21ème siècle des femmes continuent de perdre la vie, en la donnant…»

«De nos jours, les sages-femmes sont trop jeunes. Même si elles ont assez d’expérience à l’école, ce  qui leurs reste, c’est la  maturité. Des filles qui ne ressentent même pas la douleur des menstrues, comment peuvent-elles être indulgentes face à quelqu’une qui doit donner la vie ? Elle n’est pas totalement à réfuter. Elles ont maintenant comme hymne : «Ba nga ka doon def daa nékhone». Des filles arrogantes qui n’ont aucun respect face à leurs semblables. J’en ai vu certaines qui ne savent même pas garder le secret professionnel «guiss nattaliko». Ce qui est le plus écœurant, tu viens pour donner la vie, elles te négligent. En ce 21ème siècle, des femmes continuent de perdre la vie, en la donnant. Une pensée pieuse à toutes ces braves dames.»

 

ASTOU DIONE, JOURNALISTE 2STV 

«Aucune femme n’est épargnée…»

«Ceci n’est pas un simple poste rédigé pour me fondre dans la masse. J’interpelle et lance une plainte ouverte particulièrement à tout agent de santé en cours d’exercice de son métier, mais par défaut, sans passion. Mieux vaut rester oisifs que de travailler au risque de nuire à la vie humaine. Elle est sacrée. Vous luttez pour votre survie, raison pour laquelle vous n’avez épargné aucun métier, même ce métier que vous n’aimez pas. Aussi vous oubliez que c’est pour une question de survie que le patient délivre sa vie entre vos mains, même dans les moments les plus agonisants. Vous n’êtes pas des dieux, mais tenus d’être humanistes. Quittez ce poste si vous n’en êtes pas un. Personne ne vous demande de ressusciter des morts mais d’assister les individus, de leur vivant. Quittez ce poste si vous n’en êtes pas capables.

Sur le même sujet : Affaire Astou Sokhna : la famille enfonce le personnel, la Direction se défend

Aucune femme n’est épargnée. En ville ou au village, riche ou pauvre, ce traitement scandaleux de malades peut arriver à n’importe qui. Comme quoi ce n’est pas le milieu mais les hommes du milieu. Le Sénégal n’en est pas à ses débuts. C’est l’énième drame de cette nature, ça perdure et va encore perdurer car cet arbre du mal est bien nourri, le laxisme insiste. De grâce, arrêtez d’exercer un métier si vous n’êtes pas capable d’en cumuler ne serait-ce qu’une petite mission sociale, d’altruisme. Que justice soit faite. C’est non négociable ! »

SEYNABOU BA (STAGIAIRE)

 

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :