Afrique-convergence macroéconomique : 18 des 22 mesures de l’ABCA mises en œuvre

0
436

La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao) a abrité hier, jeudi 7 mars, à son siège à Dakar, la première réunion ordinaire des gouverneurs de l’Association des banques centrales africaines (Abca) au compte de l’année 2024.

La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao) a abrité hier, jeudi 7 mars, la première réunion ordinaire du bureau de l’Association des banques centrales africaines (Abca). Une réunion qui s’inscrit dans le cadre des sessions ordinaires du bureau de l’Abca, qui ont lieu au moins deux fois par an, en février au siège de la Bceao à Dakar et au cours des réunions annuelles de l’association au mois de juillet/août. Le président de l’Abca, Denny H. Kalyalya, non moins gouverneur de la Bank of Zambia faisant le point de la 45ème réunion ordinaire des gouverneurs tenue à Livingstone a laissé entendre que 18 des 22 décisions ont été mises en œuvre. A fin 2023, le nombre de pays qui répondaient aux critères de convergence s’est établi à 11 contre 6 en 2022. Ce qui est encourageant, semble dire le président de l’Abca compte tenu des nombreux défis mondiaux, régionaux et nationaux à savoir les incertitudes liées à la « croissance mondiale, aux chocs défavorables persistants et fréquents imputables au changement climatique ainsi que des tensions persistantes et l’endettement », met-il en exergue. Par la même occasion, il a invité le conseil des gouverneurs, l’organe directeur à faire avancer le programme de convergence macroéconomique, en particulier l’intégration monétaire. Concernant le système de paiement panafricain, Denny H. Kalyalya fait noter des progrès significatifs relativement au renforcement des capacités en matière de supervision bancaire transfrontalière, de règlementation de Bâle et de gestion de crise, de résolution bancaire et de Fin-Tech.

En outre, il a salué les progrès accomplis dans le cadre de la Communauté des superviseurs bancaires africains (Csba) pour atteindre l’objectif d’une supervision bancaire transfrontalière sur le continent africain.
Il s’agit notamment « de finaliser le Protocole d’accord multilatéral (Pam), de désigner des points focaux pour coordonner les activités intégrées dans ledit Pam et de concevoir un modèle de partage de données ». Dans la même lancée, il a exhorté toutes les banques centrales qui n’ont pas encore signé ce Pam à le faire diligemment, car, croit-il savoir, cela nous permettra de partager des informations essentielles dans l’objectif de « mieux protéger le secteur financier » afin qu’il joue efficacement son rôle d’intermédiation.

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply