Bouna Ndiaye, l’agent derrière Victor Wembanyama : « Sur le travail du corps, on est allé très loin »

0
582

(Le Parisien)- Le cofondateur de l’agence Comsport, en charge de la carrière de Victor Wembanyama, est revenu sur la manière dont il a accompagné le prodige français vers la NBA.

LA RÉUSSITE de Victor Wembanyama, drafté en première position par les San Antonio Spurs, a aussi mis en lumière Comsport, l’agence fondée par Bouna Ndiaye et Jérémy Medjana il y a une
trentaine d’années. Devenus incontournables dans le basket français, ils gèrent les contrats de nombreux joueurs. Bouna Ndiaye revient pour nous sur leur success story. Que représente pour vous l’arrivée en NBA de Victor Wembanyama, drafté en première position, fait inédit pour un Français ?

BOUNA NDIAYE. C’est une très belle récompense pour lui et le fruit du travail de longues années. La dernière année a été très intense. On a vécu des choses incroyables. On essaie d’encadrer les joueurs pour leur permettre d’atteindre leur rêve. Si tu as du talent, et si tu as un rêve, on va tout faire pour t’aider à le réaliser. C’est comme un GPS : sans adresse, tu ne vas nulle part. On demande au joueur où il veut aller et on l’accompagne jusqu’au bout. On a fait beaucoup d’erreurs depuis qu’on a créé Comsport. Mais j’appelle ça de l’expérience : elle nous permet d’en être là aujourd’hui.

Quand avez-vous compris qu’il pourrait aller très haut ?

Tout de suite ! On a immédiatement vu qu’il avait quelque chose de spécial. À partir du moment où tu t’assois avec lui et qu’il te parle, tu vois qu’il y a un truc qui n’est pas normal chez lui, un truc qui est bien audessus de ce que tu as l’habitude de rencontrer. On l’a connu assez jeune, vers 13 ans. On y est allés tranquillement, par étapes. On a tous des enfants et, à cet âge-là, on n’a pas envie
de faire n’importe quoi.

De quelle manière l’avez-vous accompagné ?

On met une plate-forme à disposition de tous nos joueurs. Il y a d’abord un aspect psychologique, et même si chez Victor tout est en place là-haut (il montre sa tête), il faut quand même travailler là dessus. On s’occupe aussi de l’environnement du joueur : on coache son entourage pour qu’il n’y ait
qu’une voix. Et on se penche sur le travail du corps : on est allés très loin avec Victor. Il a un corps unique.

Il a fallu façonner le joueur ?

Il a fallu tout adapter pour lui. On n’a pas pu se reposer sur ce qui se fait normalement. On a
trouvé Guillaume Alquier, qui est l’un des meilleurs préparateurs physiques au monde, pour être au  côté de Victor et changer sa méthode de travail. On a fait ce travail très spécifique, tous les jours, avec de nombreuses personnes et des experts, des chirurgiens, que l’on a interrogés sur tous les aspects du corps. Quand il était plus jeune, on a aussi remarqué qu’il y avait un travail à faire au niveau de ses genoux, qui rentraient un peu. On en a parlé aux parents et, à partir de ses 15 ans, on a vraiment commencé à approfondir notre travail.

Pensez-vous que les Spurs,avec Gregg Popovich, constituent l’environnement idéal pour lui ?

C’est une aubaine pour Victor. Il a besoin d’être challengé, et très peu de gens sont en mesure de le faire. Il est déjà très haut, et avec coach Pop, tout le monde est en bas ! S’il arrive à le challenger et à le faire monter, je ne sais pas ce que ça va donner, mais dans trois, quatre, ou cinq ans, j’ai envie de voir ça. On se parle régulièrement avec coach Pop. Il a commencé par me dire : « J’espère que tu
ne vas pas m’appeler pour me dire comment il faut faire jouer Victor. » (Il rigole.) Je ne me permettrais pas d’appeler le meilleur coach de l’histoire pour lui dire ce qu’il a à faire ! Mais je lui ai dit que j’aimais bien parler au coach de temps en temps pour savoir si tout se passe bien. Victor est entre de bonnes mains.

Financièrement, la venue de Wembanyama en NBA est aussi une bonne nouvelle pour Comsport ?

On est déjà très bien ! On a négocié pour près de 800 millions de dollars (environ 732 millions d’euros) de contrats depuis notre création. Avec Victor, il n’y a absolument pas d’objectif financier. Le financier découlera de tout le travail qui sera effectué. L’investissement porté sur Victor, tu es obligé de le faire. Les objectifs sont très élevés, le travail à mettre en place autour également. On a tous, Victor, ses parents, nous, le club, mis la barre très très haut pour un résultat très très haut.

Est-ce une consécration aussi pour votre agence ?

Quand on a commencé, il y a près de trente ans, notre stratégie était de nous occuper des
joueurs français et africains, mais pas des joueurs américains. Tout le monde nous était
tombé dessus à l’époque : « Vous êtes fous, les Américains sont les meilleurs joueurs du monde, vous n’allez jamais réussir et jamais gagner d’argent. » Aujourd’hui, je suis dans « Forbes » parmi
les 50 agents les plus influents, tous sports confondus. La stratégie a marché parce que la France, comme le tweete Emmanuel Macron, est un vrai potentiel, un vivier de talents, dans tous les secteurs, dans le sport, le foot mais aussi le basket.

Comment avez-vous traversé ces derniers jours ?

Le fait d’être à cette table, Jérémy et moi, à côté du meilleur joueur de la planète, il faut dire ce qui est, me rend extrêmement fier alors qu’on vient de très loin. Je suis arrivé du Sénégal à l’adolescence, et on se retrouve aujourd’hui avec toutes ces grosses agences à côté de nous. C’est aussi un message d’espoir. Que tout le monde puisse se dire : Pourquoi pas moi ? C’est le nom de
ma fondation : Why Not Me Foundation, avec laquelle on s’occupe des enfants défavorisés, à Linguère, la ville de mon père au Sénégal, dont on veut faire la première ville du pays sans mendicité. C’est quelque chose qui m’a toujours drivé : pourquoi pas moi, là, à cette table ? Ça veut dire que tout est possible, tout le monde peut réaliser son rêve.

Leave a reply