Casamance – le contenu de l’acte iii de l’accord de paix paraphe en sept points majeurs : la réinsertion des ex-combattants et la réalisation des infrastructures en ligne de mire

0
982

La signature de cet acte de l’accord de paix, entre l’Etat du Sénégal et les membres du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) de Diakaye et IRAPA, a été un moment significatif dans l’accomplissement de volonté des combattants de déposer les armes et de l’Etat d’accompagner ces initiatives de paix. Ces accords mettent en exergue le statut des ex-combattants en termes de mode de reconversion vers la vie civile et leur réinsertion dans le tissu social et économique.

La signature de cet accord de paix est l’aboutissement d’un long processus enclenché entre l’Etat du Sénégal, représenté par le Comité Ad-Hoc sur la paix en Casamance, les ailes politiques et armées du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) et les organisations de la société civile représentées par la Coordination sous régionale des organisations de la société civile pour la paix en Casamance (COSCPAC).

L’un des derniers actes majeurs a été posé la veille de la signature des accords, le vendredi 12 mai 2023, entre le Comité Ad-Hoc et une délégation du front nord du MFDC, Diakaye, avec la facilitation du Centre Henry Dunant pour le dialogue humanitaire (HD) et de la COSCPAC. Les délégations qui se sont félicitées du dépôt effectif des armes, négocié entre l’Etat du Sénégal et Diakaye, ont convenu de sept (7) points majeurs.

Il s’agit, au point (1), de l’Appui d’un Programme d’insertion des ex-combattants, par des actions de dialogue, pardon et réconciliation, (2) d’Accorder la possibilité aux ex-combattants de s’installer dans les lieux de leur choix, selon les procédures habituelles, (3) de Veiller à la sécurité et à la libre circulation des personnes et des biens, (4) d’Examiner la possibilité d’accorder la grâce aux détenus membres du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC), (5) de Protéger les anciens sites occupés par Diakaye pour éviter toute occupation illicite, (6) d’Elaborer dans la zone de Diakaye un programme de désenclavement et de réalisation d’infrastructures communautaires de base et enfin en (7) de Procéder aux aménagements secondaires du barrage de Affignam et le dragage du fleuve au niveau du pont de Djibidione pour la construction d’un Centre polyvalent de formation avec l’accompagnement des sortants d’un tel établissement.

Et pour les questions de découpages administratifs, le Comité Ad-hoc s’est engagé à porter ce plaidoyer à l’attention du chef de l’Etat. En attendant, les deux parties ont exprimé leurs remerciements aux facilitateurs que sont HD et COSCPAC, pour tous les efforts inlassables déployés en vue de la tenue de cette rencontre.

Ce document qui consacre la matérialisation de cet acte de signature est signé par Amiral Papa Farba Sarr, au nom de l’Etat du Sénégal, Mme Khady Diouf, au nom du Centre Henry Dunant pour le dialogue humanitaire (HD), Henry Ndecky, pour la COSCPAC, et par Lamine Coly et Fatoma Coly, respectivement pour IRPA et Diakaye, le front nord.

MOUSSA DRAME

Leave a reply