Célébration du Prophète Mohammad : Retour aux sources du Meilleur des Créatures

0
337

La naissance du Prophète Mohammad est commémorée à la date du 12 de Rabi al-Awal, troisième mois de l’année musulmane, et qui se situe environ à l’an 600 après le rappel à Dieu du Prophète Insa (Jésus – AS). «C’est en ce jour que je suis né et c’est en ce jour que j’ai reçu la prophétie», avait lancé le Prophète Mohammad (PSL). Ce rappel, on peut le retrouver dans l’œuvre monumental de El Hadji Malik Sy «Khilazou-zahab» qui ressort la quintessence du «Meilleur des créatures».

Le Prophète (PSL) a vu le jour dans un contexte où Allah n’avait envoyé aucun autre Messager. La terre entière était dans «l’obscurité» et avait oublié Dieu, les prêches des Prophètes, comme le révélé la biographie  ou Sira an-Nabawi (L’histoire de la vie du Messager) ; ou encore on fabriquait des idoles et les adoraient, consommaient des boissons alcoolisées, s’adonnaient aux jeux de hasard et humiliait la femme. Le monde, en réalité, était dans le plus grand égarement. Il était alors nécessaire qu’un Messager vienne transmettre les prescriptions divines et orienter l’Humanité toute entière mais aussi les Djinns vers le chemin de Dieu.

C’est à La Mecque, que Son Messager (PSL) vit le jour, un lundi 12 du mois de «Rabi al-Awwal» de l’année de l’éléphant. Cette naissance de Mohammad, coïncidera avec plusieurs événements à travers le monde. Son père Abdallah s’éteint deux mois avant sa naissance et sa mère Amina suivra alors qu’il était âgé de 6 ans. Pris en charge par son grand-père, Abdou Mouttalib, notre Prophète Mohammad, avait très tôt cultivé une force morale, de bonnes manières, une honnêteté et une loyauté au point qu’on l’a surnommé «Al-Amine» (le digne de confiance).

C’est à la dixième année de la révélation que le Prophète Mohammad perdit son oncle Abou Talib, suivi de son épouse Khadija. Il sera maltraité par le peuple de Taïf, lorsqu’il tenta de leur délivrer le message. Ce fut une année de tristesse pour le Prophète (PSL). Mais Allah (SWT) envoie l’Ange Gabriel, pour l’élévation suprême du Corps et de l’Esprit aux cieux. C’est ce qu’on appelle le voyage nocturne : «Al Isra wal Mi’raj».

Un voile séparait le Prophète (PSL) de son Seigneur et c’est là que Dieu (SWT) offrit le plus grand cadeau à Mohammad : Les cinq prières quotidiennes, le deuxième pilier de l’Islam. A la suite de ce voyage, les persécutions avaient continué. Contraint à l’exil, après treize années d’appel à l’Islam à La Mecque, l’Envoyé de Dieu, en compagnie des «convertis» à l’Islam, immigra dans la ville de Yathrib (future Médine), située à environ 400 Km de La Mecque.

C’est dans cette cité de Médine que la religion va s’épanouir. On proposa à Mohammad (PSL) et sa communauté l’hospitalité. Mohammad (PSL) devint le chef d’un nouvel Etat (islamique). Les gens, à Médine, convaincus par les bienfaits de sa religion, embrassent l’Islam. Toutefois, les Mecquois restaient déterminés à éliminer la communauté musulmane. C’est au cours de la deuxième année de l’Hégire, pendant le mois de Ramadan et après de nombreuses persécutions, qu’Allah (SWT) Lui donna la permission d’organiser sa défense.

En 629, huitième année de l’Hégire, le prophète Mohammad va décider de se rendre à La Mecque, avec une armée de dix milles hommes, pour s’emparer de la ville, sans effusion de sang et sans esprit de vengeances. Il fit également preuve de toute humilité, tandis que tous ses ennemis le regardaient. Il pardonna aux plus grands ennemis de l’Islam ; face à cette miséricorde, les gens de La Mecque embrassèrent l’Islam, sans contrainte.

Dieu, Le Très Haut, rappela son prophète à l’âge de 63 ans, dans sa maison à Médine. Il ne laissera derrière Lui que quelques biens, le monde à ses pieds, sans un dinar à son nom. Mais, avec un patrimoine que sa communauté s’évertue à perpétuer jusqu’à la fin des temps.

O.D

Leave a reply