Conflit foncier à Sédhiou : Le collectif et la société civile se braquent contre le maire Malang Sény Faty de Madina Wandifa

0
318

Sitôt après la réélection du maire de la commune de Madina Wandifa, le Collectif pour la défense des intérêts de cette collectivité territoriale du Nord de Sédhiou rend actuel son combat contre le nouvel édile. Ses membres accusent Malang Sény Faty de brader impunément leurs terres. D’autres mouvements dits de la société civile, regroupés au sein du collectif «Doyna Casamance», sont venus grossir leurs rangs. Ils ont fait face à la presse avant-hier, samedi 4 mars, pour dénoncer cette situation. 

Le porte-parole du jour et vice-coordonnateur du Collectif pour la défense des intérêts de la commune de Madina Wandifa n’est pas allé par quatre chemins pour clouer au pilori le maire Malang Sény Faty. «Nous avons organisé cette conférence de presse pour alerter l’opinion publique nationale et internationale sur les agissements du bandit foncier, le maire Malang Sény Faty de Madina Wnadifa, depuis 2012, avec la complicité de certains chefs de service de l’Etat», a déclaré Lassana Faty.

Et de poursuivre : «notre collectif, ayant douté de la sincérité et de la légalité de ses lotissements, a été à plusieurs reprises à la mairie pour un contrôle citoyen afin de disposer de l’acte qui lui permet de faire des lotissements. Mais le maire Malang Sény Faty nous a opposé un refus catégorique, alors que l’article 155 du Code des collectivités territoriales nous en donne le droit. Et nous avons porté cette affaire devant la justice».

Revenant à la charge, Lassana Faty ajoute que «lors de l’audience du 17 février 2022, les avocats du maire Malang Sény Faty ont reconnu que leur client ne dispose pas d’une autorisation de lotissement. De même, l’article 80 du Code de l’urbanisme condamne sévèrement tout lotissement sans autorisation préalable. Il vend les terrains et met la somme collectée dans sa poche. Nous avons des preuves établies sur ces faits délictueux».

Et Lassana Faty de conclure que «la délibération du conseil municipal qui date du 20 décembre 2009 ne porte que sur une superficie de 235 hectares et il est en train de chercher les voies et moyens pour régulariser les lotissements en parlant de restructuration. Ce qui relève d’une mauvaise foi et d’une peine perdue car nous avons déjà porté l’affaire devant la justice. Ensemble dénonçons les bandits fonciers».

Des organisations de la société civile, regroupées au sein du collectif appelé «Doyna Casamance» dont Frapp/France dégage, Vision Casamance, le Collectif pour la défense des intérêts de Madina Wandifa, le Collectif des propriétaires terriens de Baraf, de Kantène, de Niaguis etc., sont venues prêter main forte à ceux de Madina Wandifa. Par la voix de Madia Diop Sané, le coordonnateur de Vision citoyenne, ils font observer ce qui suit : «ce maire de Malang Sény Faty n’est là que pour sa propre tête. Il parle de restructuration, alors qu’à la place, c’est un lotissement qu’il fait pour empocher l’argent. Il reste impuni et s’en glorifie car il est au parti au pouvoir, derrière le président Macky Sall. Nous demandons à la justice de faire son travail», relève-t-il.

A rappeler que pour tous les faits qui lui sont reprochés, aujourd’hui comme hier, le maire ainsi mis en cause, Malang Sény Faty, nie en bloc et invoque des mobiles politiciens derrière pour déstabiliser sa gouvernance locale.

Moussa DRAME

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :