Conséquences de l’embargo de la Cedeao sur le Mali : « 1348 camions en souffrance à la frontière », selon les Ges

0
399

Les Groupements Economiques du Sénégal et deux de leurs organisations affiliées, à savoir la Coordination des Professionnels des Transports Routiers du Sénégal (CPTRS ) et le Collectif des Acteurs des Transports routiers du Sénégal, sont sortis de leur mutisme pour alerter sur l’impact des sanctions de la Cedeao contre le Mali sur les activités économiques au Sénégal. C’était au cours d’une rencontre avec la presse portant sur « l’impact des sanctions de la CEDEAO sur les activités économiques au Sénégal ». 

En conférence de presse à Dakar hier, mercredi, les transporteurs routiers ont déclaré que plus de 1348 camions chargés sont en souffrance au niveau de la frontière. Du coup, au regard du volume important de camions immobilisés aux bureaux frontaliers et des risques sécuritaires et sanitaires, ces groupements invitent les dirigeants à trouver les voies et moyens pour le dénouement de cette situation sous l’angle humanitaire.

« Notre propos s’est pas de nous ériger en censeur d’une décision politique qui a été prise dans le cadre des instances de la Cedeao. Nos organisations du secteur privé dans leur texte fondateur ne prévoient pas l’exercice d’activités politiques à leur sein, ce n’est donc pas notre propos. Mais nous sommes tout de même des citoyens qui avons le droit de porter un regard sur ce qui se passe dans l’environnement des affaires plus globalement. Les décisions politiques impactent sur les activités économiques. C’est pour cela que nous avons jugé à bon droit de nous retrouver non pas pour sortir d’ici avec un produit fini mais de jeter les bases d’une collaboration entre les divers intervenants qui sont ici pour aller vers l’élaboration d’un mémorandum qui pourra permettre, demain, aux autorités de savoir la réalité de l’impact de cette mesure-là dans les activités de l’économie », a ainsi dit Momar Sourang du regroupement des transporteurs routiers. 

Et de révéler sèchement: « Plus de 1300 camions sont bloqués au niveau de la frontière entre les deux pays, ce qui fait plus de 3000 personnes, quelque part dans la brousse, dans des conditions de précarité. Elles vivent dans un dénouement total ». Dans la foulée, Momar Sourang dira : « J’en appelle à l’intelligence de nos autorités, car cette décision politique ne doit pas entraver le travail. Déjà, nous sommes à terre ». Interpellant par suite le Président Macky Sall pour une solution diligente à cet état de fait, de concert avec ses pairs de la Cedeao, Momar Sourang a préconisé un fonds d’appui pour venir en aide aux camionneurs bloqués à la frontière sénégalo-malienne.

« Aujourd’hui, si on perd ce fret malien qui représente 4 millions de tonnes par an, il faudrait mesurer l’impact. C’est tout un désastre économique qui est en train de s’installer ». Et de poursuivre : « Il faut qu’il trouve la solution avec ses pairs et trouve le moyen de discuter ».

Momar Sourang selon qui « Sénégalais et Maliens forment un même peuple » dira enfin : « Nous voulons un comité ratifié par les deux Etats, pour que nous puissions sur le long du corridor, prendre en charge le problème de tous les opérateurs ».

SEYNABOU BA (STAGIAIRE)

Comments are closed.