Course auto moto féminin -8e édition trophée Mousso : les dames reprennent le volant ce samedi

0
516

Après le redémarrage des activités avec la première édition du grand prix de Dakar disputée en février dernier  sur l’ancienne piste de l’aéroport Léopold Sédar Senghor, les pilotes automobiles dames reprennent le volant ce samedi 13 mai. Ce sera pour les besoins de la 8e édition du trophée Mousso,  course auto-moto organisée  par l’ASC Trophée Mousso (TMO) sous l’égide de la Fédération Sénégalaise de Sports Automobile et Motocycliste (FSAM).   Ce sera également pour la succession de la Sandra Palud, victorieuse de la dernière édition en 2020.

Les femmes seront à l’honneur avec la 8e édition du trophée Mousso  qui sera disputée ce samedi 13 mai de 8h à 18h sur le parking du stade Léopold Sedar Senghor (Runs sur une distance de 300 mètres).  En marge de cette course auto-moto,  l’évènement sera aussi l’occasion de partages avec les enfants de SOS Villages d’enfants Sénégal. Autrement dit une collecte de dons qui est mise en place tout au long du meeting. Très courue au Sénégal, cette course  auto-moto  réservée aux femmes est organisée par l’ASC Trophée Mousso qui se distingue depuis 2002 dans l’organisation d’événements sportifs.  En lançant cette compétition, le  promoteur Maodo Guirandou  poursuivait un seul objectif.  C’est d’allier à sa passion des sports mécaniques des élans de solidarité pour les couches défavorisées de la population. Lancée en 2002  et organisée jusqu’en 2007, la course auto moto  avait, on le rappelle, observée une pause de 13 ans. Mais si elle avait repris en 2020, en pleine pandémie avec la victoire de  la pilote Sandra Palud, elle a de nouveau été suspendue en raison des cas de covid enregistrés et de décès de pilotes moto et karting. Cette année, les organisateurs  ont déjà réussi à redémarrer les activités avec la première édition du grand prix de Dakar disputée les 18 et 19 Février en février dernier  sur l’ancienne piste de l’aéroport Léopold Sédar Senghor et remportée par Fatumata Bah.

Omar DIAW

Leave a reply