Disparition de Cora Fall : Un monument s’effondre à Rufisque

0
406

L’annonce de sa mort a fait l’effet d’une surprise pour beaucoup de Rufisquois, qui le savaient malade mais encore loin de s’imaginer que la cérémonie de prière organisée chez lui dimanche, à la mémoire de son épouse disparue, serait sa dernière rencontre avec eux. En effet, Cora Fall est décédé à l’âge de 83 ans, des suites d’une longue maladie, qui l’avait tenu écarté des activités politiques. Son enterrement a lieu aux cimetières musulmans de Diokoul dans la commune de Rufisque-Ouest.

L’ancien maire et maire honoraire de la ville de Rufisque a été une figure emblématique de la scène politique rufisquoise pendant près d’un demi-siècle. Sa disparition marque la fin d’une ère politique longtemps marquée par les tendances dans le Parti socialiste à Rufisque. Acteur politique et militant sportif, Cora Fall aura marqué de son empreinte l’histoire de Rufisque en tant que maire et en qualité de président du club fanion de la ville de Rufisque. C’est sous son magistère que le club de football rufisquois aura son premier trophée national avec la victoire finale en coupe du Sénégal en 1977 devant le Dial Diop de Dakar. Héritier de la rivalité entre Babacar Ndiaye Ndioro et Alioune Badara Mbengue, Cora aura été avec Mbaye Jacques Diop un monument de l’action politique à Rufisque, connu pour sa générosité légendaire. Ancien militaire français, il a servi pendant la guerre d’Algérie. 

Mamadou Cora Fall a été maire de la commune de Rufisque Bargny entre 1984 et 1987, avant d’être « destitué » au profit de son adversaire. Il s’en suivit une longue traversée du désert avant une seconde vie à partir de 1995 jusqu’en 2000. Période pendant laquelle, il est élu maire de la commune de Rufisque-Ouest au lendemain de la réforme sur la décentralisation en 1996. Cora Fall a été député à l’Assemblée et président de la commission santé et sociale à l’Assemblée. Il sera aussi sénateur.

Le défunt maire était surtout présent sur le terrain social avec de nombreux actes au profit des couches défavorisées, « quand on était encore jeune, tous les matins, ce sont des files de personnes, femmes et hommes qui l’attendaient le matin pour avoir de celui qui était appelé par les surnoms de « Grand », « Ander », ou encore « citoyen » quelques billets pour aller au marché ». Les week-ends, l’information que beaucoup de Rufisquois se réjouissaient d’entendre cette expression, « Ander est là, citoyen est à PC, (le nom du siège de sa tendance politique) »

Les Rufisquois ont rendu un hommage à un membre du mouvement sportif, qui est resté président des Saltigués de Rufisque jusqu’à sa mort. Mission qu’il a démarrée au milieu des années 1970 conduisant l’équipe fanion de la ville de Mame Coumba Lamb à la finale victorieuse en coupe du Sénégal en 1977 devant le Dial Diop de Dakar. Il est resté président du club jusqu’à son dernier souffle. Le président de la section football du club a fait savoir qu’il était « l’Alpha et l’Oméga du sport à Rufisque avec toutes les disciplines et tout marchait avec les moyens de Cora Fall. Les regroupements, les primes tout était sur le dos de Cora Fall pendant plus de 40 ans ». Ce membre du Conseil Economique, Social et Environnemental estime que nul ne pourra le remplacer.

Cora Fall vouait un amour incommensurable à sa ville natale, au point que même ses derniers mots, selon beaucoup de témoignages, ont porté sur l’avenir de Rufisque dans le contexte préélectoral. Ceux qui ont partagé avec lui la journée de prière à la mémoire de son épouse disparue il y a quelques jours se souviennent de son discours qui sonne comme un adieu devant tous les acteurs politique majeurs de la ville. Dans ce discours, Il a appelé les responsables politiques et membres de la mouvance présidentielle à discuter pour avoir un meilleur candidat pour Rufisque. Déclinant le profil de ce candidat, il leur a confié que celui qui devra l’être de   bases très claires la représentativité, la popularité, et l’expérience.  Pour lui, la gestion de ville ne doit pas être confiée à n’importe qui. « Rufisque est une ville difficile à gérer. Le futur maire doit s’occuper du social, car beaucoup de Rufisquois vivent dans la précarité » a-t-il confié.

WORE NDOYE

Comments are closed.